TEST – Tomb Raider PS3 : Into The Wild

Tomb Raider – On a coutume de dire que les éditeurs en panne d’inspiration se contentent de ressortir quelques vieilles gloires passées, des trésors de guerre au nom du « old-school » qui ont le mérite de renflouer les caisses sans parfois lever le petit doigt. Un symptôme propre à notre époque, un peu honteux, et qu’on retrouve un peu partout d’ailleurs. Pour mieux nous faire avaler la pilule, on nous abreuve d’arguments chocs: « De la HD à t’en éclater la rétine », « Un son plus pur que ça, tu meurt », « Un concept déjà génial qui est maintenant encore plus génial ». Bref, c’est l’orgie au superlatif !

tomb raider

tomb raiderQuand il a fallu parler de reboot de Tomb Raider, chacun s’est alors posé la même question: Encore ? Et pourquoi faire ? Pourquoi vouloir ressortir Lara Croft de son tombeau Underworld, dernier épisode où on l’avait abandonné ? Cette question, le développeur Cristal Dynamics se l’était déjà posée lorsqu’il a fallu rebâtir la réputation de la jeune aventurière anglaise après le calamiteux Angel of Darkness. Cela avait abouti a un sympathique Tomb Raider Legend et après quelques épisodes dans la même veine, on avait alors pensé que le développeur avait fait le tour de la question. Et c’était le cas, jusqu’à ce qu’un coup de tonnerre ne vienne soudainement bouleverser le cours des choses: le rachat par Square Enix de l’éditeur britannique Eidos Interactive. Un tournant décisif dans l’histoire de ce Tomb Raider qui ne serait pas là aujourd’hui sans ça, du moins au stade où nous le découvrons. Avec Square Enix, ce sont des moyens colossaux qui sont mis à contribution en interne entre les studios du géant japonais, alors en pleine conquête du public occidental et à l’époque en recherche de titres qui lui seraient enfin destinés. Pourtant, au moment de l’annonce du retour de la licence d’Eidos à l’initiative de l’éditeur japonais, des rumeurs faisant état de l’arrivée d’une Lara Croft redesignée façon manga, voire accoutrée façon idole japonaise ou écolière en jupette, laissaient craindre le pire…

tomb raider

tomb raider: (LARA)MENER A LA VIE

Na passons pas par quatre chemins: ce nouvel opus de Tomb Raider est une franche réussite et ce, pour plusieurs raisons. Tout d’abord, les petits gars de chez Crystal Dynamics sont parvenus à se réapproprier la légende de l’aventurière, grâce à une réécriture des origines de la saga suffisamment recherchée pour fédérer tous les publics. Ce n’est pas tant le fait de revenir sur les débuts de Lara Croft qui est original. Non, ce qui est a été malin, c’est de ne pas aller jusqu’à replonger le joueur dans l’enfance de Lara Croft, un principe « déjà-vu-et-archi-revu », mais de s’arrêter à un moment clé de sa vie, celui où tout a basculé pour Lara et qui a fait d’elle l’aventurière au sang froid que l’on connaît.

tomb raider

Ensuite, le titre offre une réalisation remarquable et digne des super-productions actuelles, avec un côté cinématographique prononcé et des mouvements de caméras spetaculaires. Les mauvaises langues diront que Nathan Drake est passé par là et ils n’auront pas tort, en tout cas sur les premières heures de ce Tomb Raider. Mais très vite, Lara Croft se détachera du modèle Uncharted pour proposer une ambiance plus glauque, lorgnant par moment vers le gore-survival-horror et distillera même son lot de bonnes idées comme les multiples utilisations du feu.

tomb raider

seule au monde

Dans ce Tomb Raider « nouvelle sauce », on découvre une jeune archéologue passionnée mais qui n’est pas encore loin de la femme aux nerfs d’acier trempés, qui a soif d’aventures. Des suites d’une expédition en bateau qui a mal tourné, elle s’échoue sur une île abandonnée et part aussitôt à la recherche de survivants à la tempête. A peine arrivée, pas de temps mort pour le joueur : Lara est capturée et manque même de s’empaler en tentant de s’évader. Puis la voici pourchassée par d’étranges inconnus aux desseins louches. Affolée, craintive, démunie : notre Lara passe décidément par tous les état et parvient à regagner la surface. Il faut d’ailleurs l’entendre gémir pour voir à quel point elle est apeurée. C’est à ce moment là qu’elle réalise sa situation et qu’elle devra compter sur une seule personne : elle-même ! Successivement, elle s’initiera à la survie, au maniement des armes comme utiliser un piolet pour l’escalade ou le tir à l’arc. Ce dernier est véritablement l’élément central du jeu puisque son utilisation lui permettra de se nourrir, résoudre des énigmes et surtout de se défendre. Car, loin d’être déserte, l’île renferme bon nombre de secrets que le joueur devra découvrir par lui-même au fil de l’aventure.

tomb raider

Hunger Game

Des éléments de gameplay viendront cependant aider le joueur, nous rappelant que nous sommes bien en présence d’un jeu. D’une part, l’utilisation prédominante de l’instinct de survie de Lara mettra en surbrillance les éléments servant à la progression de notre jeune aventurière. D’autre part, la présence de quêtes annexes à l’aventure viennent prolonger la durée de vie du mode solo : renouant avec l’esprit des premiers épisodes de la saga, ces pauses rafraîchissantes se traduisent par des énigmes assez bien conçues mais malheureusement en trop faibles quantité. On aurait aimé en effet en avoir davantage pour le coup…

tomb raider

On se consolera avec le mode multijoueur développé par l’équipe d’Eidos Montréal, qui même s’il n’est pas aussi riche que celui d’Uncharted 3, se montre dynamique et fun à jouer à plusieurs puisqu’on a la possibilité d’incarner les membres de l’équipage de Lara Croft mais aussi les pirates. Les serveurs étant bien fréquentés, vous n’aurez aucun mal à profiter de match à mort ou du mode de récupération de valise. Le faibles nombre de maps pour le moment devrait quant à lui s’étoffer en faveur de prochains DLC à venir.

tomb raider

Quelle claque ! Avec sa bonne douzaine d’heures de jeu en mode histoire (et même la bonne vingtaine pour trouver tous les objets cachés), Lara Croft fait un retour fracassant dans l’arène des jeux d’aventure / action HD pourtant bien trusté depuis quelques années par le ténor Uncharted. Reprenant le meilleur des idées d’Uncharted et introduisant un oeil neuf sur le concept d’aventure console, Tomb Raider est une franche réussite dans tous les compartiments.

tomb raider

On regretta simplement le manque de challenge côté énigme. Mais suivre la montée en puissance de Lara apporte une telle intensité à l’aventure qu’on en revient tout chamboulée. Square Enix est parvenu à l’impensable: faire renaître l’icône du jeu vidéo des années 90 et la faire adopter auprès du public actuel. Tomb Raider, voilà une saga qui sera parvenu à marquer l’Histoire du jeu vidéo sur plusieurs génération.

tomb raider

Tomb Raider est disponible actuellement sur consoles Playstation 3, Xbox 360 et PC. A noter l’excellente application The Final Hours of Tomb Raider sur les dessous de la réalisation du jeu est disponible sur iPad et Kindle Fire : révélations, illustrations et séquences inédites justifient amplement son achat auprès des fans de la série (prix: 2,69€). Incontournable !

Note

Laisser un commentaire