Lumière sur… la PS4 ou le retour gagnant de Playstation

LE RETOUR GAGNANT DE PLAYSTATION – Cette nuit, le temps s’est arrêté pour des millions de joueurs. Qu’il soit six heure du soir à Los Angeles ou trois heure du matin à Paris, chacun était en effet devant son écran PC, sa tablette ou son smartphone à suivre en direct un événement planétaire savamment orchestré par le constructeur japonais Sony depuis des mois. Cet événement, c’est la présentation officielle de la nouvelle console PS4, successeur officiel de la Playstation 3, à l’occasion des conférences presse précédents l’ouverture du salon E3. Retour sur une stratégie marketing réussie pour ce qui s’annonce comme le futur best-seller que l’on trouvera aux pieds de nombreux sapins du Noël 2013…

ps4

Playstation 2 : L’HERITAGE PSONE

ps4Certains ne s’en souviennent peut-être plus: l’année 2000 fût un véritable tournant pour la firme nippone. Premier succès de Sony dans le jeu vidéo, la PSOne commençait pourtant à se faire vieillissante après six années d’existence et les machines concurrentes aux technologies plus avancées qui ont suivi sa sortie (SEGA et sa Dreamcast,  Nintendo et sa Gamecube) commençaient à peser lourdement dans la décision d’achat d’une console de jeux vidéo. Pire: l’arrivée imminente de la console Xbox, première console de l’américain Microsoft, présente des spécificités techniques à faire pâlir la console « next-gen » que s’apprête à commercialiser Sony, la Playstation 2. Avant même sa sortie, les spécialistes montrent leurs scepticismes à son égard, lui conférant tous les maux d’une console ratée: aliasing sur tous les premiers titres, rétrocompatibilité gadget, line-up de lancement du pauvre, absence de connexion Internet, prix de lancement exorbitant (450€), processeur graphique Emotion Engine posant des gros problèmes aux développeurs et des spécificités techniques déjà obsolètes en comparaison à celles de la Xbox.

Le succès fût pourtant bel et bien au rendez-vous grâce à la présence du lecteur DVD d’une part (contribuant fortement à la démocratisation du support numérique auprès du grand public) et à la fidélité des consommateurs pour la marque Playstation d’autre part. La Playstation 2 figure encore aujourd’hui comme le plus gros succès commercial du groupe. Tout le monde a encore en tête les images de l’émeute du lancement de la console au Virgin des Champs-Elysées. Une image que nous ne sommes pas prêts de revoir, l’enseigne culturelle venant d’être placée en liquidation. Triste époque. Il n’empêche que malgré un départ tonitruant des ventes de la console, l’arrivée de nouveaux jeux PS2 se fit dans la durée au détriment du joueur, se disant dans sa tête qu’on ne l’y reprendrait pas à deux fois…

PLAYSTATION 3 : LA CHUTE DU PIéDESTAL

Conséquence immédiate: lors de la sortie de la Playstation 3 en 2006, la firme japonaise, pourtant confiante sur le potentiel de sa nouvelle console, essuie un revers de la main de la part de son concurrent Microsoft. Sortie un an plus tôt, la Xbox 360 jouit d’un parc de consoles déjà bien installé mais surtout parvient à s’imposer devant le japonais sur sa terre mère, les Etats-Unis. En cause: le prix affolant de la PS3, injustifiable au vue des spécificités techniques bien trop proches de celles de sa concurrente directe. Pendant près de deux ans, les ventes de la console Playstation 3 peinèrent à décoller, les principales ventes reposant encore sur celles de la Playstation 2: une inquiétude commençait alors à poindre dans les bureaux de Sony…

ps4

Encore une fois, c’est au prix d’un effort de prix drastique (divisé par deux en l’espace de deux ans, du jamais vu dans l’histoire du constructeur), d’une version revue de la console, plus light et moins coûteuse, et de son lecteur Blu-ray (support vidéo dont Sony est propriétaire) que le constructeur japonais parviendra à remonter une bonne partie de la pente, sans jamais réussir à éclipser le géant Microsoft cependant, un concurrent né de l’orgueil du japonais de ne pas l’avoir pris très tôt au sérieux…

ps4

PS4, LE SECRET LE MIEUX GARDé AU MONDe

C’est dire donc comme la conférence de presse de Sony était attendue par les journalistes et du grand public lors de cet E3 2013. Créer l’engouement faisait ainsi partie intégrante de la stratégie du constructeur. En début d’année en effet, la PS4 est annoncée officiellement et on nous dévoile une poignée de jeux nouvelle génération, la nouvelle manette Dualshock 4, sa Playstation Camera et… c’est TOUT ! Rien ne parvint à fuiter quant au design final de la nouvelle console de Sony, alimentant les spéculations les plus folles sur les réseaux sociaux. A l’heure où des constructeurs comme Apple ne cessent de colmater les fuites sur des prototypes de ses prochains appareils, l’apparence de la PS4 apparaît comme le secret le mieux gardé au monde. Un teasing qui rappelle celui de Nintendo avec son fameux GamePad mais à la communication calamiteuse: déboussolé, le public confondait en effet l’accessoire Gamepad et la console de salon Wii U .

De son côté, Microsoft annonça sa nouvelle console Xbox One peu de temps après Sony, en même temps que son apparence physique… qui fit l’objet immédiat de moqueries de par son aspect « brique » et « old school ». Après un lancement calamiteux de son système d’exploitation Windows 8, d’un Windows Phone et d’une tablette Surface tous deux à la peine, l’américain reste dans ses travers côté communication marketing, enchaînant les bévues lorsqu’il s’agit de parler des spécificités de sa dernière console XboxOne: connexion internet indispensable pour jouer, nécessité d’allumer la console toutes les 48h, droits restrictifs d’utilisation des jeux prêtés, impossibilité d’utiliser des jeux d’occasion sauf procédures particulières… Une politique sécuritaire trop draconienne, du jamais vu jusqu’ici de mémoire de joueur. Résultat: énorme tollé tant dans la communauté des joueurs que des spécialistes lorsque le constructeur officialisa ces « particularités ».

xboxone

CONFéRENCE E3 2013: PS4 OU LE 4 MAJEUR DE SONY

En cette journée du 10 juin, alors que Microsoft vient tout juste de sortir l’artillerie lourde avec une conférence centrée sur des exclusivités et des jeux visuellement étourdissants et qui montrent le potentiel de la machine, on pouvait craindre que Sony ne fasse finalement pas le poids face au géant américain sur ses terres. Au terme de près d’une heure et demi de présentation, le doute s’était même immiscer dans la tête des journalistes, un peu désabusés. Certes, on ne doutait pas, vidéo à l’appui, de l’arrivée de jeux dits next-gen avec Watch Dogs, Final Fantasy XV, Kingdom Hearts III, Infamous : The Second Son, Drive Club , Elders Scroll Online et même d’une nouvelle IP signée Santa Monica et Ready At Dawn, The Order : 1866. Certes, faire de la PS4 la première plateforme dédiée aux indépendants autorisant la publication de titres sans l’intermédiaire d’un éditeur était une excellente chose. Mais voilà, rien ne parvenait à ce moment précis à démarquer la PS4 de sa consœur XboxOne…

ps4

« Mais ça, c’était avant » comme dirait un slogan publicitaire ! Car il restait à Sony à dévoiler quelques cartes maîtresses. Tout d’abord, celle de dévoiler enfin à l’auditoire le design définitif de la PS4 ! Étonnante dans sa forme rectangulaire légèrement incurvée vers l’arrière, on distingue clairement à l’avant de la console les logos Sony et PS4, l’entrée du lecteur DVDx8 / Blu-ray x6 ainsi que deux entrées USB 3.0 sur la droite, placées côte à côte. A l’arrière, on retrouve les parties ventilées ainsi que les connectiques de sortie vidéo (HDMI) et audio digitale (optique). Le boitier d’alimentation reste intégré et en plus d’une prise Ethernet, on trouvera une prise Auxiliaire: c’en est fini par contre de la sortie AV qui a fait son temps. La console embarque bien entendu un modem Wifi IEEE 802.11 b/g/n ainsi que la norme Bluetooth® 2.1 (EDR). Enfin, le modèle standard de PS4 dispose d’emblée d’un disque dur d’une capacité de 500Go interchangeable à tout moment.

Côté processeur, pas de surprise par rapport à ce qui avait déjà été annoncé: 8Go de mémoire vives GDDR5; processeur x86-64 AMD “Jaguar” 8 cores et côté graphique, une carte AMD next-generation Radeon GPU : 1.84 TFLOPS. Dimensions de la bête: 275×53×305 mm environ (largeur× hauteur × longueur). Son poids: 2.8 kg environ. L’ensemble est livré avec une manette Dualshock 4 sans fil. Voilà qui est dit !

LE FUTUR DE PLAYSTATION: REVENIR AUX BASES COMMERCIALES DU JEU VIDéO

Mais le plus important allait être dévoilé: la PS4 sortira au prix de, tenez-vous bien, 399€ pour les fêtes de fin d’année 2013 ! Soit à peine 100€ de plus que sa soeur aînée la Playstation 3 ! Mais surtout, 100€ de moins que la XboxOne (499€) ! Voilà qui remet directement le feu au poudre dans la longue guerre qui s’est installée entre les deux constructeurs. Certes, s’il fallait être juste, il faudrait intégrer au prix d’entrée celui de la nouvelle Playstation Camera (49€) puisque la XboxOne est livrée avec Kinect 2. L’écart se resserre alors bien que toujours en faveur de Sony. Et contrairement à la console de Microsoft, la Playstation Camera n’est pas indispensable au fonctionnement de la PS4 souligne Sony. A noter enfin que la manette Dualshock 4 sera proposée au prix de 59€, s’alignant sur le tarif de la Dualshock 3.

En y regardant de plus près, ce prix stratégique de 399€ n’est qu’une demi-surprise: il fait en effet référence au prix de lancement de… la PSOne en 1994 ! A l’époque, commercialiser la PSOne à ce prix obligeait la firme à enregistrer une perte substantielle. Par la suite, le constructeur va adapter la conception de la console pour réduire les coûts de production, en diminuant notamment la quantité de pièces utilisées, entraînant une réduction très significative du nombre d’étapes nécessaires à la fabrication. Avec la baisse du prix des composants, les volumes de production plus importants permettront de diviser les coûts de production par trois: Sony réalisera ainsi de grosses économies. La décision la plus stratégique va être ici de ne pas convertir en profit l’intégralité des ventes, mais de réinvestir une partie de cette somme dans le but de baisser rapidement le prix de vente de la console. Comme lorsqu’il était opposé à Sega et sa Saturn à l’époque, Sony souhaite clairement attirer Microsoft dans une guerre des prix. Avec un tarif d’entrée fixé de 100€ plus cher que son concurrent japonais, Microsoft sera obliger de modifier ses plans commerciaux en proposant soit l’ajout d’un ou deux jeux dans son pack console, soit une seconde manette pour s’aligner. De son côté, même vendu à perte à 399€, Sony compte sur des ventes massives à un prix stable sur la durée pour revenir profitable avec la diminution les coûts de production avec le temps.

Profitant des critiques entendues sur les spécificités de la XboxOne, Sony répond coup pour coup aux interrogations du public inquiet, en annonçant clairement une politique commercial de la PS4 en faveur des attentes du joueur:

  • Pas de connexion Internet obligatoire pour l’utilisation de la console PS4
  • Pas de restrictions au niveau des droits d’utilisation en cas de prêt ou échange de jeux physiques
  • Possibilité d’utiliser des jeux issus du marché de l’occasion. En résumé: acheter ou revendre des jeux physiques sera possible sur PS4
  • Absence de zonage: il sera possible d’utiliser n’importe quel jeux PS4 quelle que soit sa provenance d’origine. (NDLR: une information à préciser dans le sprochaines semaines vis-à-vis d’éditeurs qui souhaiteraient être libres d’imposer un zonage comme sur PS3).
  • Un seul abonnement Playstation Plus (59,90€/an ) utilisable aussi bien sur PS3, PSVita et PS4. Jeu en ligne sur PS4 réservé aux abonnés au Playstation Plus (traduit par: « le jeu en ligne nécessitera un abonnement payant sur PS4 »).

Voilà qui calme et qui a immédiatement suscité l’euphorie dans la communauté des joueurs, Sony ralliant à sa cause les joueurs de tous horizons grâce à des arguments chocs. Et bien que Microsoft dispose d’un line-up de lancement solide pour sa console XboxOne, il serait hâtif et même dangereux de ne pas revoir une stratégie commerciale devenue en l’espace d’une annonce à total contre-courant des attentes des consommateurs.

ps4

Le bateau mouche Microsoft venant narguer le lancement de la PS3 en France en mars 2007

En déterrant la hache de guerre contre son concurrent américain, le constructeur Sony se lance volontairement dans une bataille commerciale féroce. Une volonté de reconquête que l’on n’avait plus vraiment vu chez le constructeur depuis le lancement de la PSOne il y a presque vingt ans. Ceci traduit surtout que la PS4 décidera de la survie du groupe Sony à l’heure où celui-ci vit ses heures les plus sombres: en retard sur la concurrence coréenne emmenée par Samsung et LG sur le marché des téléviseurs et des appareils mobiles, le groupe accuse depuis plusieurs années de lourdes pertes dans toutes ses branches électroniques. Il s’agit d’une crise sans précédent au sein du groupe nippon. Il était donc important pour Sony de frapper fort sur le seul secteur où elle conservait encore un certain leadership. Le japonais a donc fait preuve d’opportunisme en dégainant en premier l’arme commercial pour s’imposer rapidement, à l’heure où la planète est marquée par une crise économique profonde. Provocateur, Sony attaque même Microsoft de front sur ses terres, les Etats-Unis, sur l’événement vidéoludique le plus suivi au monde. A moins d’un revirement soudain, l’avenir de la XboxOne semble déjà se voiler: pour preuve, suite à la conférence de presse E3 de Sony, le cours de l’action Microsoft était en berne ce mardi matin (-0,96%) alors que celui de Sony Corp. était au vert (+2%). C’est sûr maintenant:  la guerre des consoles Next-Gen est officiellement déclarée !

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.