CRITIQUE CINE – Tucker & Dale fightent le Mal

Il était une fois une bande d’étudiants américains en chaleur qui décident de faire du camping au bord d’un lac dont la réputation plus que douteuse ne donnerait pas très envie d’y flâner…

Sur la route, ils croiseront des autochtones dont l’aspect vestimentaire assez rudimentaire fait penser que le temps s’est quelque peu arrêté. Des étudiants en vacances, un lieu pas franchement recommandé, des individus un peu louches, voici les ingrédients parfaits d’un horror-movie à l’américaine me direz-vous, si ce n’est pas qu’il ne s’agit ici de tout sauf d’un horror-movie.

D’inoubliables vacances

Comme je viens de vous le dire, et bien qu’en laisse présager les premières minutes du film, le scénario fait alors un premier twist en se focalisant sur les gars louches, nos chers Tucker & Dale venus passer quelques jours afin de retaper la maison (en ruine…) que Dale a réussi à s’acheter, l’accomplissement de son rêve américain.

Le problème, voyez-vous, c’est que par manque de bol, cette chère « demeure » va se trouver à quelques foulées du camp des teenages. Le problème ? En quoi est-ce un problème ?

En principe, il n’y a pas à s’inquiéter mais imaginez une bande de jeunes, en forêt, qui se racontent des histoires d’horreur et qui vont tomber sur nos 2 compères. Pas la peine de vous en dire plus, vous flipperiez de la même façon. C’est à partir de cet instant (enfin pas exactement mais je vais pas vous spoiler quand même 😉 ) que les choses vont commencer à mal tourner pour…Tucker & Dale !

Pris dans, ce qui faut bien l’admettre, le pire quiproquo qui puisse vous arriver, ils vont devenir, bien malgré eux, la cible des campeurs du dimanche. Va alors commencer sur une série de morts des plus cocasses.


Mort…de rire

Reprenant les recettes bien huilées des films d’horreur à l’américaine, Tucker & Dale fightent le Mal se joue d’une réalisation très bien cousue où à chaque instant on se demande ce qui va pouvoir arriver de pire à ces 2 compères. Un certain fatalisme semble même gagner les personnages qui enchainent manque de bol et poisse aigüe à un rythme effréné.

La mise en scène des morts plus absurdes les unes que les autres sont excellentes et on passe son temps  à se dire « non, c’est pas possible !», « comment ils vont s’en sortir ». Le comique de chaque situation efface aussi vite l’horreur qui se joue sous nos yeux.

Ducker & Dale fightent le Mal se présente en excellente parodie de films d’horreur et vu les choix scénaristiques, on devine aisément que Eli Craig (le réalisateur) a dû en avaler des heures et des heures pour notre plus grand bonheur au final.

S’il fallait faire une comparaison (facile), on pourrait dire qu’il est aux films d’horreur ce que « Shaun of the Dead » est aux films de zombies. C’est drôle, fun, dynamique, sanglant à souhait, un film qui te fait passer un très bon moment sans jamais se prendre au sérieux.

Des films comme Tucker & Dale fightent le Mal, moi j’en redemande !

Tucker & Dale fightent le Mal sort le 1 Février dans vos salles obscures préférées.

2 Comments

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.