TEST – Toukiden PSVita : chasse aux onis qui rient !

TOUKIDEN – Face à un Monster Hunter indétrônable de son pied d’estale, la concurrence fait rage sur les consoles portables ! Alors que les possesseurs japonais de 3DS goûtent depuis l’année dernière aux joies de Monster Hunter 4, l’absence du jeu de Capcom sur PSVita attise les appétits de ses prétendants.

toukiden

Près de neuf mois après son arrivée au Japon, l’Europe peut enfin goûter à la chasse aux démons avec l’arrivée de Toukiden : The Age of demons sur Playstation Vita. Développé par le studio Omega Force à qui l’on doit la série des Dynasty Warriors,  le titre cache à peine ses ambition : devenir la référence sur la console portable de Sony comme l’avait fait Monster Hunter sur PSP à son époque. Pour y prétendre, Tecmo Koei y a mis les moyens en terme de réalisation, notamment dans son mode solo contrairement au titre de Capcom. Ainsi, l’histoire se déroule à l’époque féodale japonaise où les croyances mythologiques ont pignon sur rue.

TNP-Toukiden_aod-11

Fraîchement débarqué dans le petit village de Nakatsu Kuni, vous apprendrez de ses habitants que depuis l’apparition soudaine d’un démon géant il y a huit ans de cela, un terrible fléau s’est abattu sur la contrée avec l’apparition incessante d’onis (démons japonais). Ces derniers viennent semer la terreur sur Terre et massacrer ses habitants. Fort heureusement, la prêtresse Kikka est jusqu’ici parvenue à protéger le village de par ses prières. Mais cette dernière se montre avec le temps très affaiblie, sentant la menace devenir de plus en plus oppressante. En tant que Slayer, il est désormais de votre devoir  d’intervenir afin de lutter contre le mal et d’anéantir le démon géant. Vous ne serez pas seul dans votre quête puisque vous ferez la rencontre de fidèles compagnons d’armes : la vaillante Ôka, experte en sabre; Hayatori, le ninja solitaire; Nagi, la femme médecin  au passé tourmenté; Ibuki et sa lance géante; la jeune et étrange Hatsuho provenant du passé; Fugaku le guerrier solitaire aux poings d’acier.

toukiden

Sous les ordres du général Yamato, vous partirez en croisade seul ou accompagné de Slayers afin d’accomplir vos missions. Comme dans Monster Hunter, il vous faudra au préalable choisir judicieusement votre équipement, armes et protections. Après quelques missions achevées, vous serez également en mesure d’équiper vos armes d’un ou plusieurs Mitama, des esprits de guerriers tombés au combat, qui insuffleront à vos armes des capacités magiques. Elles sont la clé de Toukiden puisqu’elles vous permettront tantôt d’améliorer vos frappes, tant de vous défendre mais aussi de révéler les points faibles de vos ennemis et de vous régénérer.

toukiden

Répartis en huit catégories distincts allant de l’attaque à la défense, il existe plus de 200 Mitamas dans le jeu qu’il vous faudra collecter de diverses manières : soit en tuant des démons majeurs, soit en les trouvant durant vos phases d’exploration dans les différents Ages, soit en les révélant grâce au Eye of Truth. Bien que limité dans le temps, ce dernier est déclenchable à tout moment d’une simple pression sur le bouton Select : vous disposez alors d’une vision supérieure pour détecter les esprits fantômes et les totems de régénération de Mitamas, invisibles sinon à l’œil nu. L’Eye of Truth se révélera surtout indispensable lors de vos combats contre les boss pour détecter les points faibles et état des parties du corps de votre ennemi : plus ils seront touchés, plus leur couleurs vireront au rouge… jusqu’à vous donner l’opportunité de les décapiter ! Pour vous aider, vous disposerez d’une jauge d’énergie pour effectuer un coup spécial : une fois déclenchée, une super-attaque supprimera directement un voire plusieurs membres d’un seul coup. Pendant que votre ennemi sera privé d’un de ses membres , il vous faudra exorciser le membre coupé pour le faire disparaître totalement.

toukiden

On adore…

Jouant dans la cour des grands, Toukiden: the Age of Demons bénéficie d’une réalisation hors pair sur Playstation Vita. Les environnements comme les combattants sont particulièrement détaillés et colorés, flattant la rétine du joueur : on est assez loin du style monochrome de Soul Sacrifice. Les combats se montrent par ailleurs très fluides et bien plus dynamiques que chez le voisin Capcom, un véritable plaisir pour un gameplay proche du beat-them-all avec ses combos et super-attaques. Toujours à l’instar du modèle Monster Hunter, le bestiaire des boss est tout aussi impressionnant dans leur taille : mygale géante, phénix de feu, ogre affamé, lion impétueux et même tortue gigantesque. Chacun d’entre eux vous donnera du fil à retordre, nécessitant de bien faire son choix d’armes et dans la spécialité de ses compagnons de route.

toukiden

En mode solo, ces PNJ se révéleront d’ailleurs étonnamment efficaces, vous débarrassant des ennemis trop collants ou vous venant en aide lorsque vous tombez par inadvertance au combat. Le jeu s’en retrouve presque trop facilité dans les deux premiers chapitres sur les cinq principaux que comptent le jeu. La suite se révèle plus ardue cependant avec en générale deux boss à abattre. A raison d’une moyenne de quinze missions par chapitre, il faut tout de même compter une bonne trentaine d’heures avant d’arriver au terme du mode solo, ce qui est plutôt correct en dépit de sa répétitivité dans les missions proposées. Il sera ensuite temps de vous lancer dans des parties multijoueurs, en mode adhoc ou sur la toile. Rappelant le système de de de Soul Sacrifice, les Mitamas se révèlent très bien pensés et on cédera très vite à la collectionite aigûe pour tous les trouver et les faire monter en compétence. On appréciera enfin la qualité des cinématiques, vraiment superbes sur l’écran haute définition de la portable de Sony.

toukiden

On déteste…

En dépit de sa réalisation léchée, les joueurs s’apercevront progressivement des limites du jeune Toukiden. A commencer par la variété de ses environnements, sans reliefs, enchaînant les plateaux de jeu : ne comptez donc pas pas faire de l’escalade ou nager sous l’eau car tout ne sera que course à pieds en escouade. De même, la variété des ennemis se révèle assez pauvre, avec des diablotins, des têtes brûlées volantes, des grosses limaces et des lions à découper dans la plupart des missions. Seuls les boss se révèlent un peu plus variés mais là aussi, on retombe vite dans la répétition au terme des cinq chapitres bouclés.Leur IA n’est pas des plus travaillés non plus et il vous sera facile de les éviter ou même de laisser vos compagnons faire le travail sans lever le petit doigt.

toukiden

On regrettera aussi la petitesse du village avec seulement un forgeron et un marchand commercialisant juste quelques matériaux pour compléter vos quêtes annexes ou forger de nouvelles armes. En ligne, il vous faudra également avoir de la patience avant de pouvoir trouver des joueurs européens, la plupart étant japonais ou américains : à vous les longues veillées tard si vous voulez espérer jouer en ligne ! Enfin, on peut regretter qu’un titre de cet envergure n’ait pas bénéficier d’une localisation en français digne de ce nom, comme ce fût le cas pour Soul Sacrifice. Gageons que sa suite réparera cette erreur si le succès est au rendez-vous de ce premier opus.

toukiden

Toukiden : Age of Demons est une très bonne surprise pour ceux qui sont à la recherche d’une alternative à Monster Hunter et Soul Sacrifice. Proposant un mode solo relativement long même s’il joue surtout sur la répétitivité de ses séquences au bout du compte, Toukiden profite d’une des meilleures réalisations vues dans le genre sur console portable à ce jour. A y regarder de plus près, ce premier jet signé Omega Force ne parvient cependant pas à dissimuler ses faiblesses de jeunesse avec une relative pauvreté dans ses environnements, dans ses objectifs de missions et son bestiaire. Son accessibilité et ses combats dynamiques devraient cependant en convaincre plus d’un et ils auront raison : une pareille exclusivité Playstation Vita, ça ne se refuse pas !

Toukiden : the Age of Demons est disponible exclusivement sur Playstation Vita.

Note :

Laisser un commentaire