CRITIQUE CINE – The Place Beyond the Pines

The Place Beyond the Pines – Que seriez-vous prêt à faire pour protéger ce qui vous est le plus cher au monde ? C’est ce dont parle The Place Beyond the Pines, une dramaturgie se déroulant dans une Amérique décadente et que Derek Cianfrance a voulu dépeindre en mettant en scène des stars à contre-emploi: le bad boy Ryan Gosling, l’imprévisible Bradley Cooper et la latino Eva Mendes.

the place beyond the pines

Luke (Ryan Gosling) en a marre. Marre de cette foutue vie de forain où il enchaîne chaque soir les représentations acrobatiques sur sa fidèle moto, souvent au péril de sa vie. Marre de son existence misérable, sans attache familiale et sans le sou. Ce qui lui a ouvert les yeux, c’est d’apprendre l’existence de son fils, Jason, enfant abandonné à sa mère Romina (Eva Mendes) et qu’il a conçu à son insu. Lui, quasi analphabète et qui se souvient à peine du nom de cette amourette d’un soir, le voici père ! Papa ! Seulement voilà, un an s’est déjà écoulé, et Romi comme il l’appelle s’est trouvée une situation stable avec Kofi, petit ami et père de substitution de Jason.

the place beyond the pines

Comprenant qu’il est maintenant trop tard pour faire marche arrière dans la vie sentimentale de Romina, Luke va tout faire pour protéger l’être qui lui est le plus cher au monde: Jason. Pour lui apporter confort et un futur meilleur que le sien, il n’hésitera pas à aller braquer des banques locales au mépris de la loi… et même de sa vie. Ce qu’il ne sait pas, c’est que ses actes auront des conséquences inattendues, dépassant même le cadre de sa propre existence.

the place beyond the pines

Trywan – MA NOTE :

Les premières minutes du film nous plongent dans une ambiance étrange, au cœur d’un bled paumé comme il en existent des centaines en Amérique. Sur fond d’une amourette qui tourne au drame pour Ryan Gosling, le spectateur est abasourdi par les portraits de ces personnages peu attachants, voire détestables. Et alors qu’on commence à croire en l’existence d’une humanité chez notre blondinet dans son habit tout neuf de père, voilà qu’il pète les plombs et enchaîne les braquages de banque. En fait de ville paumée, c’est plutôt le spectateur qui se retrouve paumé par la construction de cette histoire sur deux générations, découlant d’un fait qui pourrait passé comme divers. Derek Cianfrance n’hésite pas à écorner de façon violente le portrait de la famille typique américaine, quitte à déranger, multipliant les maux de la société actuelle: les magouilles des autorités locales, l’effacement des valeurs familiales, la jeunesse en perdition et le besoin de préserver les apparences notamment en politique. Des thèmes chocs qui font en ce moment débat Outre-Atlantique à chaque fait divers occasionnée par des fusillades dans une école ou un cinéma de quartier. On suit donc tour à tour les vies de Ryan, de Bradley Cooper puis de leurs progénitures. Des vécus multiples intéressants pour l’œil critique du spectateur, témoin passif de la vérité comme du mensonge.

the place beyond the pines

D’autant que le jeu de chacun des acteurs est remarquable de justesse avec des rôles à contre-emploi pour certains avec un Bradley Cooper en flic accablé par le remord permanent et une Sam Mendes méconnaissable en mère impuissante. Ryan Gosling excelle quant à lui toujours dans ce rôle de « gentil psychotique incontrôlable » qui l’a révélé dans Drive. A trop vouloir dépeindre la psychologie des personnages, le réalisateur ne nous a malheureusement pas exempté de nombreuses longueurs, notamment sur la première moitié du film qui s’éternise sur les braquages et des discussions inutiles. On se perd un peu en chemin et on en vient parfois à se demander où il veut en venir, en regardant sa montre. Ce n’est qu’à partir de la seconde moitié du film que l’on commence à mesurer les conséquences du drame auquel on vient d’assister et qui fait littéralement basculé le film dans un autre univers. Je reste par contre sur ma faim quant à la conclusion avec une morale respectée mais qui au bout du compte apparaît comme une tâche d’encre sur ce miroir peu reluisant de la société américaine. Dommage mais un film à découvrir malgré tout…

The Place Beyond the Pines de Derek Cianfrance sort le mercredi 20 mars 2013 dans la salle.

Laisser un commentaire