Monthly Archives: mai 2012

ACTU JEU – Sports Champions 2 se dévoile en vidéo

A l’approche de la grande messe américaine du jeu vidéo, l’E3, les vidéos des prochains titres en provenance des éditeurs commencent à pleuvoir sur la toile. Côté Sony, on n’oublie pas le Playstation Move contre toute attente. La preuve avec l’annonce de la sortie prochaine Sports Champions 2, suite du premier du nom sorti il y a deux ans.

A priori, pas de véritables surprises au niveau des sports convoqués pour cette édition puisque l’on aura droit à du ski alpin, du bowling, du tennis, du golf, du tir à l’arc et de la boxe. Un programme qui ressemble étrangement à un autre jeu du nom de Wii Sport… Avec toujours l’équipe de Zindagi Games aux commandes, gageons que le jeu se distinguera par une jouabilité irréprochable pour des sensations toujours plus grisantes sur Playstation 3, avec nous promet-on la disparition des phases de calibration. Alleluiah ! Sortie prévue cet automne.

TEST – The Walking Dead : Episode 1 Xbox Live

Bien connu des fans de séries télévisées, The Walking Dead est avant tout une série de comics d’excellente facture, scénarisée par Robert Kirkman et les co-dessinateurs Tony Moore et Charlie Adlard. Et c’est de ces origines dessinées qu’une adaptation vidéoludique a été mis en chantier du côté des ptits gars de Telltale Games…

Destiné au Xbox Live, The Walking Dead : The Game reprend le mode de distribution commerciale par chapitre si cher à Telltale Games. Le titre comptera ainsi cinq épisodes au total qui sortiront à un rythme périodique. Après Monkey Island, Sam & Max et Retour vers le Futur, on connaît le talent du studio pour nous délivrer des jeux d’aventure respectant l’univers des séries originelles avec fidélité. Ce The Walking Dead: The Game ne déroge pas à la règle. Proposant un mode de représentation tout en cell-shading 3D pour ne pas trahir ses origines comics, le joueur se retrouve dans la peau de Lee Everett, un professeur d’histoire.

Accusé du meurtre d’un sénateur d’état, il est arrêté par les autorités locales. Alors qu’il est emmené en voiture par un policier, un zombie croise leur passage et provoque un accident. Lorsqu’il reprend connaissance, Lee manque de se faire dévorer par le zombie en question. Tant bien que mal, il finit par se réfugier dans un pavillon où il trouve une petite fille du nom de Clémentine. Abandonnée à son triste sort après la disparition de ses parents, la jeune fille se montre particulièrement dégourdie et secoure même Lee. C’est alors que débute une longue croisade dans ce monde dévasté par les morts-vivants pour tenter de retrouver les parents de Clémentine et les derniers survivants à l’apocalypse.

Ce premier épisode The Walking Dead: The Game nous gratifie d’un scénario totalement inédit, chose qui devrait faire plaisir aux fans souhaitant en apprendre davantage sur l’univers de la série. Ils ne le regretteront pas car le jeu se montre particulièrement dynamique et gore à souhait, grâce en partie à des séquences QTE savamment choisies et des énigmes sympathiques. Les dialogues sont savoureux, bien qu’assez nombreux et malheureusement uniquement en anglais. Le jeu n’a pour le moment pas bénéficié d’une adaptation française, que ce soit dans ses dialogues ou même ses sous-titres : les anglophobes apprécieront…

Bien que relativement court avec ses deux heures de jeu seulement pour ce premier chapitre, le rythme de l’histoire est soutenu, alternant les phases d’action et les phases d’enquête, elles plus calmes. On plonge en douceur dans l’intrigue : n’ayant jamais pu voir la série TV, cela m’a en tout cas donné envie de la découvrir! Ce premier chapitre se présente comme une bonne mise en bouche de l’univers et préfigure de la qualité des prochains chapitres: on y assimile les mécaniques de jeu pas à pas tout en faisant connaissance avec de nouveaux protagonistes au fur et à mesure de votre progression. La replay-value n’a pas été oubliée puisque des séquences vous demanderont de faire des choix importants pour la poursuite de l’histoire. Vos décisions seront irréversibles et influeront fortement sur la poursuite de l’aventure ou même sur les relations avec certains protagonistes. Un système qui n’est pas sans rappeler l’expérience délivrée par le jeu de Quantic Dreams, Heavy Rain.

Après un Retour vers le Futur perfectible, Telltale Games signe une véritable réussite en terme d’adaptation. Original, dynamique et plaisant visuellement: The Walking Dead: The Game est à découvrir de toute urgence pour ceux appréciant les jeux d’aventures et pour qui l’anglais n’est pas une barrière.A recommander vivement aux fans des comics. Espérons qu’une version française voit le jour dans une future compilation de tous les chapitres.

Walking Dead : The Game – Episode 1 est disponible actuellement sur Xbox Live (400 MS Points), Playstation Network (4,99€) et PC.

Note:

EVENEMENT – PS Vita : Holiday Session [GameStop]

En guise de prélude d’été, Playstation France avait convié la communauté bloggeurs à découvrir les deux prochaines grosses productions phares de la toute jeune Playstation Vita. Il était grand temps en effet car après avoir retourné les Uncharted : Golden Abyss et autre Wipeout dans tous les sens, les acquéreurs de la première heure de la console commençaient à montrer sérieusement les crocs…

C’est dans le cadre verdoyant du studio Cyclone, dans le sud de Paris, qu’il était ainsi possible de découvrir les jeux Resistance : Burning Skies ainsi que le très attendu Gravity Rush. Entre quelques verres de mojito et buffets aux influences cosmopolites (hamburgers, sushis et tutti quanti), une trentaine de consoles Playstation Vita étaient disposées ici et là, en libre accès, n’attendant que les mains des joueurs pour se poser sur elles.

Allumez le feu !

A commencer par Resistance : Burning Skies. C’est en effet la seconde fois que saga d’Insomniac Games joue les nomades, avec un scénario totalement inédit. Pour le coup, le développement change de main et c’est curieusement Nihilistic Software qui s’y colle, un studio qui n’a pas énormément brillé par ses précédentes productions telles que Conan ou le moyen Playstation Move Heroes. Et si on retrouve malgré tout l’univers cher à la série avec son lot de chimères en période d’après-guerre, ce volet n’a pas de véritable lien direct avec les épisodes consoles de salon, si ce n’est qu’il se situe chronologiquement entre le premier et le second opus.

Exit donc Nathan et Joseph: c’est le pompier Riley que l’on incarnera ici pour débarrasser New York de la vermine chimère et tenter de retrouver ses proches. Le scénario est signé William Dietz, déjà bien connu dans le milieu gamer pour avoir écrit sur des « petits » titres comme des romans Star Wars, Mass Effect ou Hitman.

Rare sont les FPS qui sont parvenus à captiver sur console nomade, à cause d’un souci d’ergonomie évident : l’absence d’un second stick ! Nintendo s’y était cassé les dents avec son Metroid portable qui remplaçait le stick par un stylet: la gymnastique obligeant à tenir la console d’une main et le stylet de l’autre se transformait aussitôt en supplice au bout d’une dizaine de minutes. Même souci pour le récent Kid Icarus: Uprising qui dû recourir à la dernière minute au subterfuge d’un socle en extra, histoire de soulager nos pauvres poignets. La Playstation Vita se pose ainsi comme la première console portable parvenant enfin à retranscrire la jouabilité d’un FPS sur console de salon grâce à ses deux joysticks. Et il faut le reconnaître, la jouabilité s’en trouve totalement transformée, rendant le genre enfin appréciable sur ce type de support.

Deux sticks sinon rien

Rassurez-vous: je vous garde la surprise du scénario pour ne vous parler que de la jouabilité et des quelques fonctions réjouissantes qui vous attendent. Les commandes de cette version se montrent ainsi assez proche des épisodes de salon: croix pour le saut, carré pour recharger, rond pour s’accroupir, triangle pour accéder au choix des armes et objets, R pour le tir et L pour la visée rapprochée. De façon naturelle, le stick gauche est destinée aux déplacements et le droit à contrôler la caméra. Mais cela ne s’arrête pas là puisque, PS Vita oblige, les deux écrans tactiles sont mises ici à contribution. Ainsi, l’écran en façade dispose de raccourcis pour utiliser directement votre hache de pompier ou lancer des grenades. Deux petites tapes à l’arrière de la console et vous passerez en mode course: astucieux mais pas vraiment ergonomique à l’usage, vos doigts servant déjà à tenir la console.

Côté mode de jeu, tout juste apprendrons-nous que le mode en ligne offre la possibilité de jouer jusqu’à huit simultanément (exit donc les partis à 64 joueurs de l’épisode 2) et que le jeu sera compatible NEAR pour obtenir des objets supplémentaires suivant un principe d’invasion de virus sur une carte du monde. Rappelons pour terminer que le jeu est prévu pour sortir ce vendredi le 1er juin: plus que quelques jours à patienter donc pour les fans !

Grave E.T.

Abordons à présent le cas Gravity Rush. Attendu par bon nombre de joueurs occidentaux (le jeu est en effet disponible depuis plusieurs mois maintenant uniquement en version japonaise puisque sortie à la mi-février), le titre jouit d’ores et déjà d’une excellente réputation hors des frontières nippones, au regard des premiers tests de la presse spécialisée. Gravity Rush a bénéficié de plus de quatre années de développement et a même failli terminer son cycle de vie sur Playstation 3 avant que ne soit décidé finalement son portage sur PS Vita. Un choix qui s’est avéré judicieux à en juger les premières minutes passées en compagnie du jeu sur ce support.

La pAUse Kit Kat

 J’ai ainsi apprécié l’introduction narrative sous forme de BD qui en dit long sur l’ambiance mystique qui se dégage du titre. L’aspect assez épuré des graphismes 3D en cell-shading tire son influence manifeste des animés japonais et est mis en valeur par une animation époustouflantes digne d’un dessin animé. Avec ses faux airs de Sakura de Naruto, la jeune Kat que vous dirigez est accompagnée d’un mystérieux chat noir. Alors qu’un cataclysme éclate soudainement, l’animal confère à la jeune fille l’étrange pouvoir que celui de modifier son apesanteur. Le joueur se voit alors octroyé la faculté de pouvoir changer la gravité en fonction de l’endroit visé.

Votre objectif sera donc de guider habilement Kat vers l’endroit souhaité, en tentant de créer votre parcours à l’aide des éléments qui composent votre environnement. Un concept aérien particulièrement original, desservi par une réalisation exemplaire. Outre des périodes d’exploration au sol, l’héroïne devra durant certaines phases combattre à mains nus des armées d’ennemis, l’occasion d’exécuter des séquences de combos tout droit sorti d’un épisode du ninja de Konoa. A noter que la traduction française s’avère plutôt correcte, même si l’adaptation nous fait perdre inévitablement la subtilité exotique de certains mots français existants dans la version japonaise.

Magnifique, dynamique et original: voilà qui confirme la solide réputation précédent Gravity Rush par ceux l’ayant déjà essayer. J’attends donc avec impatience cette petite perle « made in SCE Japan » qui débarquera donc en version physique et dématérialisée (et non uniquement en dématérialisé comme prévu initialement) le 13 juin prochain. Vivement !

TEST – Fable Heroes Xbox Live

Fort de sa formidable trilogie Fable, le studio Lionhead décide de s’aventurer en territoire dématérialisé avec le titre Fable Heroes. Derrière ce titre qui n’a aucun lien de parenté avec Sonic Heroes, on retrouve une volonté de conquérir un public plus large que celui qui s’aventure habituellement dans les rue d’Albion. Encore faut-il pouvoir s’en donner les moyens…

Dans Fable Heroes, il n’est pas question de contrôler un héros mais quatre ! Cédant à la mode du multijoueur façon New Super Mario Bros Wii et autre Rayman Origins, on lorgnera de toute évidence vers le titre de MediaMolecule, Little Big Planet. Une parenté qu’on ne peut dénié en voyant les premières minutes du jeu: le joueur y incarne en effet des sortes de poupées de chiffons dont l’apparence diffère selon le métier choisi. Du pirate au voleur, à vous de choisir quelles compagnons de fortune joindront à votre aventure.

S’apparentant à un beat-them-all, il vous faudra vaincre Hobbes et autres Hommes creux avant d’arriver au boss final en fin de niveau.Rien de bien sensationnel en somme. Et outre son côté ultra-répétitif inhérent au genre, il faudra composer avec une maniabilité aux collisions perfectibles et à l’impact visuelle mollassonne. Sorti des phases de combats, vos déplacements sur la carte du monde d’Albion prendra la forme d’un gigantesque jeu de l’oie, sur lequel se déroulera un scénario cousu de fil blanc.

Si les connaisseurs reconnaitront sans mal les environnements s’inspirant des précédents volets de la trilogie de Peter Molyneux, un certain manque de vie se dégage tout de même de l’ensemble. On pourrait s’attarder davantage sur la partie amélioration des compétences des personnages. Là aussi perdu: le côté aléatoire de leurs évolutions risquent d’en frustrer plus d’un puisque se jouant sur un coup de dé (à la manière des JDR sur plateau diront certain). Au final, quand on fait le bilan de Fable Heroes, on se dit que c’était peut-être le moment idéal pour le créateur de Fable de quitter le navire avant d’assister à ce naufrage.

Volontairement limité, Fable Heroes pourra satisfaire le temps d’un petit après-midi les fans de la saga ainsi que ceux qui rechercheront un petit jeu à plusieurs où ils pourront se défouler en local ou en ligne. Il ne faudra pas aller chercher plus loin, le jeu manquant cruellement de profondeur. Que fallait-il espérer pour 800 MS Points ? Bien mieux sans doute car à ce prix là, il est des jeux comme Fez qui en valent bien plus le détour.

Fable Heroes est disponible actuellement exclusivement sur Xbox Live pour 800 MS Points.

Note: