Mon Top 3 des jeux vidéo de la décennie [GameStop]

Comme si de rien n’était, notre paysage vidéoludique a incroyablement évolué au cours de ces dix dernières années. Du monde de pixels, on est passé au tout en 3D, aux puissances de calculs machines à la dizaine de chiffres et aux graphismes incroyablement réalistes. Mais au final, quels jeux retiendra-t-on de cette dernière décennie ?

Humm… d’accord, mais avant tout il faut que vous sachiez deux choses.

1 – Je suis une fille, donc tout ce qui est bourrin est épargné.

2 – Je ne suis pas geek (oups, désolée, mais sincérité oblige). Je vous rassure tout de suite, cela ne m’empêche pas de m’y connaître un peu (ben, c’est mieux que rien ;p) sur les jeux vidéo et de posséder tout de même quelques consoles. Il y a ce quelque chose d’inexplicable qui m’attire dans l’univers du jeu vidéo. Définitivement non geek, mais jeux vidéo tout de même quand ça me branche et seulement avec plaisir et le sourire.

Un avantage tout de même à tout ça ? Oui, pour que je joue, il faut vraiment que le jeu déchire ! Alors, je pense que mon avis peut vous intéresser, car si ça m’a plu, c’est qu’il y avait vraiment un truc… Let’s go !

Comme je n’aime pas me forcer, je joue seulement si ça me plaît et si ce n’est pas trop hard… J’ai donc touché à pas mal de jeux dans ma vie, mais par contre on peut dire que les jeux que j’ai finis sont rares, voire extrêmement rares… Par conséquent, le premier jeu que j’ai terminé m’a forcément marquée et si je l’ai fini c’est tout simplement parce que je l’ai adoré. Il s’agit de… (roulements de tambours… ou pas).

I. Professeur Layton et l’étrange village (Nintendo DS)

Je ne sais plus exactement pour quelle occasion on m’a offert ce jeu, mais un beau jour, il est arrivé dans ma DS et là les choses sérieuses ont commencé ; je n’arrivais plus à le lâcher.

Rien que le titre me plaisait. Il y avait quelque chose de mystérieux et le nom de Layton sonnait bien (et oui, je trouve que ça compte, moi, le titre d’un jeu !). Et la ptite tête du professeur un vrai bonheur. Il faut dire que ce qui est très plaisant dans ce jeu, ce sont les bouilles des personnages. Les dessins sont doux, épurés et je les trouve vraiment jolis. Les deux personnages principaux sont trop craquants. Le duo Layton-Luke (professeur-assistant) est drôlement bien choisi. On se met facilement à la place de Luke et résoudre les énigmes devient vite très prenant. Les énigmes sont ni trop faciles, ni trop dures, et ce côté-là, j’apprécie vraiment. Je ne suis jamais restée trop longtemps bloquée sur une énigme (ce qui aurait pu rapidement m’agacer) et je devais quand même faire preuve de réflexion pour trouver les solutions (ce qui est attractif dans un jeu, car si c’est du tout cuit, aucun intérêt…).

Ah oui ! Un autre truc que j’ai bien aimé, c’est le fait qu’on ne tourne pas en rond pendant des heures pour savoir où il faut aller, car généralement pour moi c’est assez rédhibitoire.

Les atouts du jeu ne s’arrêtent pas là ! La musique est douce et je ne m’en suis pas lassée. Au contraire, c’était un plaisir de l’entendre à chaque fois.

Et… j’ai fini ce jeu ! Oui, d’accord, je l’ai déjà dit… mais ça vaut tellement son pesant d’or !

II. Little Big Planet (Playstation 3)

Ah Little Big Planet… Une œuvre d’art ce jeu ! Fini aussi… et oui, ça commence à devenir une habitude 😉 Mais cette fois-ci, je ne l’ai pas fini toute seule. Et je pense réellement que ce jeu se joue à deux pour être apprécié pleinement.

Le petit personnage est assez rigolo et on peut le customiser avec pas mal de trucs assez originaux. Du coup, c’est déjà un bon moment que de construire l’apparence de notre Sackboy.

On ne peut pas dire que je suis forte aux jeux vidéo, mais je me débrouillais pas mal à Little Big Planet. Pas beaucoup de touches à connaître, beaucoup de vies et plein de checkpoints donc pas besoin de recommencer à chaque fois au tout début. Et ça c’est cooooooool !

Les niveaux sont très sympas. Il y a des moments assez rapides dans le jeu et j’aime bien. Jouer en coopération c’est quand même chouette ! On s’entraide, on s’attend, on peut voir comment l’autre s’y prend… mais cela n’empêche pas qu’à la fin de chaque niveau il y ait un premier et un deuxième selon le nombre de points récoltés. Du coup, challenge challenge… En plus, ce n’est pas forcément celui qui est le plus adroit qui récolte le plus de points. Alors même si pour certains cela peut énerver, moi je trouve ça amusant.

Délires garantis et moi je dis que ça fait tellement du bien de rire un bon coup (remarque, ça pouvait même limite faire mal… à force de trop rire !).

III. Mario Kart (Nintendo Wii)

Comme dans Little Big Planet, dans Mario Kart, ce n’est pas toujours celui qui conduit le mieux qui gagne. Je comprends le côté rageant que ça peut avoir, mais il faut se mettre un peu à la place de ceux qui ne se sont pas très forts, jouer pour participer moi je dis : OUAIS ! Mais perdre à chaque fois, car l’autre joueur possède un niveau plus élevé, je trouve ça pas très motivant. Alors ça rééquilibre les chances !

C’est le premier jeu avec lequel j’ai pu jouer en ligne avec des personnes à l’autre bout du monde et franchement faire des courses en balançant des cadeaux « malus » à des gens que l’on ne connaît pas c’est quand même bien tripant ! Évidemment, j’ai testé avec le volant et même s’il fallait plusieurs tentatives pour s’y habituer, j’ai le souvenir que c’était très sympa.

Je n’ai pas envie de parler plus de ce jeu… car qui ne connaît pas un Mario Kart ? Même moi qui ne suis pas geek, je connais celui de la Nintendo 64, celui de la DS, celui de la Game Cube, alors le principe vous le connaissez et comme je viens de vous le dire l’aspect qui m’a marquée et qui n’existait pas sur les autres consoles c’est le côté international (à prononcer à l’anglaise ;)). Et le truc kiffant, sur la Wii, c’est qu’on pouvait jouer avec son Mii alors si on part du principe qu’on essaye de fabriquer un Mii qui nous ressemble, on pouvait se faire une vague idée de nos adversaires mondiaux !

(photo : VieDeGeek.fr)

Jouer à plusieurs, il n’y a rien de mieux et c’est ça que j’aime dans le jeu vidéo, c’est les moments passés avec une ou plusieurs autres personnes. Et si fous rires il y a, moi je dis : Jackpot ! Autant dans Professeur Layton, je n’ai pas eu de fous rires, car j’étais seule, autant dans Little Big Planet, il m’est arrivé de pleurer de rire en jouant…

3 Comments

Laisser un commentaire