Vis ma vidéo (et) débats sur GameOne

Ce lundi 5 décembre 2011 va rester ancré, statufié, que dis-je, cristallisé dans ma mémoire. A jamais. Car, c’est en ce jour béni que je suis parvenu à me glisser dans les couloirs de la chaîne télévisée du jeu vidéo GameOne. Pas pour simplement m’assoir et jouer les simples spectateurs, non monsieur, mais comme invité, en loyal défenseur de ma non-profession de blogueur sur la nouvelle émission Le Débat de GameOne. Chroniques à chaud.

A peine débarqué dans les locaux de GameOne / MTV (installés dans les beaux quartiers d’affaires de Neuilly-sa-mère-sur-Seine, svp ! ), Alex Nassar, journaliste et producteur sur GameOne, m’embarque et après un bref petit état des lieux (« là, tu vois, c’est la salle de montage. » « Là, c’est là où tu vas te faire pouponner pour être tout beau devant la caméra. » « Là, … »), je me retrouve dans la salle de repos où m’attends déjà un compatriote venu lui défendre les couleurs blogesques à mes côtés, Antoine du blog Blogamer.fr. Trois minute et deux cookies plus tard,me voici pris en main par la maquilleuse attitrée de l’émission, histoire de me faire ressembler à quelque chose une fois sur la plateau. Impression étrange chez le mâle que je suis car c’est bien la première fois que l’on me maquillait….

En coulisse

J’interpelle à nouveau Alex et, tout fièrement, je sors de mon sac à dos mon plus beau t-shirt Otaku du dimanche façon Game&Watch devant lui et lui annonce « Devine ce que je vais porter ? »: après m’avoir décoché un grand sourire (NDT : Alex est en effet le co-fondateur de la ligne de vêtements Otaku Game Wear), Alex m’annonce que malheureusement ça ne le fera pas et qu’il faudra que je me rabatte sur mon t-shirt Donkey Shot encore un peu  publicitaire mais bien plus politiquement correct.

Mais voilà qu’arrive le reste nos invités et pas des moindres : Caroline Speller de Push Start TV, Julien Chièze de Gameblog.fr et son éminence Marcus qu’on ne présente plus. Soudain, petit intrusion furtive de Julien Tellouck (que vous pouvez suivre sur julientellouck.com) qui vient se joindre et participer à notre petite discussion improvisée sur les journalistes de jeux vidéo.

A la question posée « vous considérez-vous comme journaliste ?« , Julien T répond oui. Marcus répond également oui : de par la nature de ses activités et ce pour quoi on le sollicite, cela correspond à sa conception du journalisme quand bien  même il ne possède pas de carte de presse. Quant à Julien C, il a l’âme d’un journaliste sans en être totalement un puisqu’il n’a pas de carte de presse non plus : il se définit d’ailleurs comme un trublion parmi les médias du jeu vidéo. Il cite d’ailleurs Bertrand Amar (Des Souris et des Rom, Star Player) ou AHL (Joypad, Console +) comme des personnes passionnés par leurs métiers et qui font figure d’exception dans le paysage vidéoludique français. D’une façon générale, il se dit déçu par la frilosité et le manque de créativité des médias français spécialisés dans le jeu vidéo aujourd’hui qu’il met en comparaison à leurs homologues américains et anglais : Kotaku.com et Gametrailers.com.

Presse Jeux Vidéo, ton univers impitoyable

En l’espace d’une vingtaine d’années, peu de choses ont effectivement évolué et on reste finalement dans des schémas très classiques à base de news et de tests. Sans pour autant prêcher pour sa paroisse, Julien C souligne que Gameblog essaye de faire bouger les choses… avec leurs moyens. Proposer des rendez-vous réguliers avec les podcasts, réaliser des émission en vidéo traitant du retrogaming ou des reportages exclusifs comme la visite du studio japonais Kojima Production, animer des avant-premières de nouveaux jeux sous forme de débats publics : autant d’initiatives qui ont pour but de donner un coup de pied dans la fourmilière au risque de s’attirer parfois des critiques quant à la sur-médiatisation de Gameblog. Il cite en exemple le groupe de presse CBS Interactive auquel appartient le site Gamekult.com : Gameblog a pour habitude d’inviter lors de ses podcasts des invités issus de différents médias  du jeux vidéo et bien que les journalistes de Gamekult aient acceptés à plusieurs reprises d’y participer, ils se sont vu refuser le droit d’y figurer pour des clauses d’exclusivité avec leur maison mère. Julien C trouve ça vraiment dommage qu’une telle peur de la concurrence demeure alors qu’ils travaillent tous dans le milieu du divertissement.

Dans Jeux Video, il y a jeux…

Rebondissant sur l’évocation de ces fameux avant-premières pour des jeux en public, j’évoque la question d’un de mes lecteurs Laurent qui s’interroge sur la pratique des journalistes de jeux vidéo de participer au lancement promotionnel d’un jeu en en qualité de présentateur et s’ils étaient rémunérés par les éditeurs pour ce service. Concernant Marcus lorsqu’il tourne des tests de jeu pour l’enseigne Micromania par exemple, il le fait plutôt par plaisir. Pour Julien C, c’est une question qui le touche plus particulièrement car il est l’objet de nombreuses critiques à cet égard qu’il trouve injustifiées et assez puériles : se prendre la tête sur de telles questions, c’est en oublier qu’on parle ici de jeux vidéo, pas de politique. Il me rappelle alors qu’il n’est pas journaliste de métier : bien qu’aimant étudier, il a abandonné ses cours de droits pour se consacrer au travail de rédacteur pour le magazine Joypad qu’il marquera de sa patte avec son pseudo de Gollum, avant de rejoindre plus tard la chaîne GameOne. Que ce soit pour présenter Uncharted 3, Deus EX ou Final Fantasy XIII, sa participation sur ce type d’événement dépend uniquement de sa propre volonté, en réponse à une demande que lui a fait l’éditeur du jeu en question. Il le fait principalement par plaisir et s’il donne l’impression de louer constamment les vertus d’un jeu durant ses présentations, c’est qu’il est lui-même convaincu de la qualité du jeu. Comme Marcus, Julien C n’est présent à ce moment-là qu’en tant que consultant : l’éditeur souhaite faire appel à une personne passionnée et ayant des bases solides dans le domaine du jeu vidéo plutôt qu’à un animateur classique de supermarché. Maintenant, pour éviter toute ambiguïté avec son travail de rédacteur sur Gameblog, il s’interdit de réaliser les tests de jeux vidéo auxquels il a participés en qualité de consultant sur ces événements. Voilà qui devrait éclaircir un peu les choses.

Mes impressions d’après-Débat de GameOne

Malgré les quelques minutes de stress face à la caméra pour trouver mes marques au début de l’émission (je ne suis qu’un novice, moi !), j’ai vraiment trouvé cette expérience passionnante. Pouvoir participer à une émission télévisée et parler de sa passion sur un plateau dans les conditions d’un direct sont deux choses particulièrement excitantes ! Et lorsque l’on vous annonce qu’il est déjà temps de se quitter, on crève de rage que les sujets soient si courts (à peine une dizaine de minutes par sujet) car il y a tellement à dire… Malgré cette frustration, je ne rêve que d’une chose : pouvoir retourner sur un plateau TV !!! Un grand merci pour terminer à toute l’équipe de GameOne pour leur accueil et leur professionnalisme (malgré le retard de l’enregistrement dû à une caméra qui venait de claquer !), à Super Marcus (promis, tu auras ta revanche à Mariokart 3DS ;)) pour sa bonne humeur, Johan (dit Damonx) pour m’avoir permis de participer à l’émission et également à tous ceux que j’oublie !

Mais l’heure n’est plus aux gâteaux et il est temps d’aller rejoindre le plateau du Débat ! Alors je vous donne rendez-vous sur GameOne à 15h50 aujourd’hui pour suivre le fameux « Débat de Gameone » présenté par Marcus et qui traitera de trois sujets d’actualité:

  • Journaliste VS Blogueurs : FIGHT !
  • L’ UFC Que Choisir contre-attaque
  • Qui a gagné la guerre des consoles Next-Gen ?

 A vos magnétoscopes donc ! Et pour ceux qui rateront l’émission d’aujourd’hui, elle sera rediffusée demain jeudi vers 21h45 avant d’être disponible sur le site Gameone.net.

[MAJ du 08/12/11 : retrouvez la première partie du débat en vidéo ci-dessous ou en suivant ce lien]

[MAJ du 16/12/11: Voici l’intégralité du débat en vidéo en 5 parties]

One Comment

Laisser un commentaire