V-Rally 4 : mes premières impressions

Dévoilé  à la mi-mars, V-Rally 4 se laisse pour la première fois approché. Impressions à chaud sur mes premières courses en solitaire…

V-Rally 4

L’éditeur Bigben Interactive a profité d’une présentation presse privée pour montrer son titre le plus attendu, V-Rally 4. Plus de quinze années après le dernier volet en date alors développé par le studio lyonnais Eden Games, c’est un autre studio français ET lui aussi lyonnais qui prend la relève : le studio Kylotonn Racing Games. Un choix en réalité peu surprenant de la part de l’éditeur. D’une part, le studio Kylotonn a fait ses preuves durant trois saisons déjà sur la simulation de championnat de rally WRC. Des maîtres en la matière qui, de l’aveu des développeurs, voient dans ce revival un cadeau de remerciement de Bigben Interactive pour leur travail accompli sur WRC : V-Rally 4 leur offre en effet la possibilité d’exprimer pleinement leur créativité et leur passion du genre sans les contraintes des règlements du WRC. Et d’autre part, parce que le studio s’est adjoint les services d’Alain Jarniou en tant que game director sur ce quatrième V-Rally : un expert qui maîtrise son sujet puisqu’il était ancien chef de projet d’Eden Games sur V-Rally 3 et Test Drive Unlimited. Un solide garant donc des fondations de ce projet qui explique la continuité de la filiation aux précédents épisodes plutôt que de tomber dans la facilité d’un reboot complet. On devine alors les intentions de Kylotonn Racing Games : celui d’aller marcher sur les plates-bandes de Codemasters et de sa série à succès DIRT.

V-Rally 4

La première chose qui surprend quand on prend en main le titre, c’est la diversité des épreuves proposées au joueur. Cinq épreuves aux sensations variées et aux challenges personnalisés. Épreuve reine, le mode Rally vous fait aller d’un point A à un point B en mode solitaire, avec l’objectif de réaliser le meilleur temps. Cette épreuve vous emmènera aux quatre coins de la planète puisque les courses se dérouleront dans les savanes du Kenya, au Japon, en Malaisie, aux Etats-Unis et jusqu’au fin fond de la Sibérie. Au total se sont seize environnements variés qui seront le terrain de jeu de toutes les épreuves.

V-Rally 4

Le V-Rally Cross se destinera à ceux qui voudront jouer des coudes avec sept autres compétiteurs sur des pistes goudronnées et poussiéreuses. Les fans de drift opteront pour le style Extreme-Khana, des challenges qui vous demanderont de brûler la gomme de vos pneus pour prendre le plus efficacement possible les virages au nez de vos concurrents. L’épreuve HillClimb vous mettra au volant de grosses cylindrées où votre objectif sera d’atteindre les plus hauts sommets ! Enfin, l’épreuve Buggy vous emmènera dans des courses endiablées de véhicules tout-terrain où vitesse et anticipation seront indispensables pour franchir la ligne d’arrivée en tête. Il vous faudra appréhender les terrains accidentés tout en tentant de ménager votre monture contre la casse : gaffe aux collisions avec vos adversaires !

V-Rally 4

Bien que les circuits ont été imaginés par les développeurs, le titre conserve une bonne partie d’authenticité. Outre ses cinquante véhicules sous licences officielles, les sensations de conduite à bord du véhicule se veulent le plus proche de la réalité. Pour autant, ceux qui rechercheront du fun avant tout avec des sensations arcade auront le loisir de conserver les paramètres en automatique par défaut. En pratique, je peux vous dire que les courses sont loin d’être un parcours de santé et que les sorties de route se montrent fréquentes à la moindre inattention. Les différents revêtements, terre, sable, asphaltes, offrent déjà un bon rendu, obligeant à adapter sa conduite en conséquence. Les environnements offrent aussi un bon degré de réalisme et de variété selon la destination. A ce stade de développement (NDLR: le développement a débuté en décembre 2016), mes reproches vont principalement sur le manque de vie et d’animations sur les parcours, un peu austères. Outre quelques soucis d’optimisation dans les chargements dus à la version beta présentée, l’incertitude plane encore sur la vitesse d’animation du moteur 3D maison (le même que celui de WRC 7 en amélioré) bien que les sensations soient déjà là. Il ne m’a pas été possible non plus de découvrir le mode Carrière qui, selon les développeurs, proposera aux joueurs de gérer comme un professionnel ses sponsors, ses gains de courses et sa flotte de véhicules personnalisables. Et bien que le mode Online était aux abonnés absents durant cette première session découverte, on m’apprend qu’un mode multijoueur local en écran splitté à deux sera proposé comme dans les précédents V-Rally. Nice !

Dernière information cruciale : la date de sortie de V-Rally 4 est pour l’heure calée à la rentrée de septembre 2018 pour les version PS4, Xbox One et PC. Quant à la version Nintendo Switch, elle prendra son temps pour arriver aux alentours de novembre 2018. Au final, ce premier rendez-vous s’est montré rassurant dans la conciliation des intentions du développeur et le rendu à l’écran et volant en main. En espérant un bon polissage dans le temps restant qui nous sépare de la sortie de V-Rally 4 , plus d’informations devraient être dévoilés d’ici quelques semaines par l’éditeur lors des événements E3 et Gamescom. Patience est mère des vertus !

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.