TEST – The Legend of Heroes : Trails of Cold Steel PSVita

La saga The Legend of Heroes : Trails of Cold Steel parvient à mettre un pied en Occident avec la sortie du premier épisode sur PS3 et PSVita. Mieux vaut tard que jamais !

The Legend of Heroes: Trails of Cold Steel

Vous auriez tort de croire que le J-RPG se résume aux séries Final Fantasy, Dragon Quest et Tales Of. Les titres de SquareEnix et BandaiNamco Games ont bien sûr permis de populariser le genre en Occident mais il serait injuste d’éclipser d’autres sagas moins connues certes mais méritant tout autant le détour. Saluons d’ailleurs l’initiative du distributeur NIS America qui, depuis plusieurs années, s’est donné pour mission de promouvoir en dehors des frontières japonaises des séries comme Disgaea, Daganronpa ainsi que les titres de Falcom comme Y’s et la saga The Legend of Heroes. Cette dernière n’avait plus fait parler d’elle depuis 2011 avec The Legend of Heroes : Trails in the Sky sur PSP. Sorti dans la discrétion totale, le titre accusait deux handicaps majeurs en dépit de ses qualités intrinsèques: une localisation très tardive (5 ans !)par rapport à sa sortie japonaise et une arrivée sur une console en fin de vie, qui s’apprêtait à tirer sa révérence au profit d’une autre console portable: la Playstation Vita.

The Legend of Heroes: Trails of Cold Steel

Des héros qui prennent leur temps

Je me souviens encore de cette époque pas si lointaine où la localisation française d’un Final Fantasy pouvait prendre au minimum deux années consécutives, obligeant les fans à ronger leur frein d’impatience ou bien à prendre son courage à deux mains pour apprendre quelques bribes de japonais sur la version import. Les temps ont changé avec la popularisation du genre J-RPG dans le monde et la montée en puissance de l’éditeur SquareEnix qui s’est donné les moyens de ses ambitions pour promouvoir le genre au-delà de ses frontières d’origine. Arrivé plus tardivement et avec des moyens plus mdoestes, NIS America s’attaque donc à un gros morceau que celui de faire découvrir la saga The Legend of Heroes auprès du public occidental actuel. Dernière série en date, Trails of Cold Steel ne compte pour l’heure que deux volets, le troisième venant tout juste d’être annoncé. Victime lui aussi des temps de traduction, le premier volet Trails of Cold Steel débarque chez nous ce mois-ci seulement… trois ans après sa sortie japonaise!

The Legend of Heroes: Trails of Cold Steel

Classe Wars VII

Se déroulant dans l’Empire Erebonian où se passent les événements de la saga The Legend of Heroes, le titre nous met aux commandes du jeune Rean Schwarzer et de huit autres adolescents choisis à leur insu pour constituer la Classe VII, un groupe de combattants d’élites formés à l’Académie Militaire Thors. La particularité de cette classe est qu’elle se compose d’élèves issus de deux classes sociales aux convictions opposées, ce qui provoque de vives tensions. Des tensions qui sont le reflet de la lutte terrible de castes règnant au sein du pays. A l’image de la série Persona ou plus récemment Final Fantasy: Type-0, on est ici amené à gérer le quotidien de ces élèves au sein de l’académie: suivre les cours, participer aux différents clubs, rendre des services multiples sous forme de quêtes annexes ainsi que contribuer à la vie de l’académie. Passé le train-train quotidien, c’est sur le champ de bataille que l’intrigue s’installe enfin, avec la découverte d’une force divine mystérieuse.

The Legend of Heroes: Trails of Cold Steel

C’est d’ailleurs l’un des reproches qu’on pourra noter, celui de nous faire passer le plus clair de notre temps dans l’académie avec d’innombrables dialogues à rallonge durant lesquels les liens entre les élèves de la Classe VII se tissent, et des quêtes obligatoires à rallonge et à l’intérêt limité. D’autant que l’intrigue n’est pas facile à saisir lorsque l’on découvre la saga par ce titre, de nombreux noms et événements relatés ayant parfois trait aux autres épisodes de la saga. Tout juste comprend on qu’une guerre civile fait rage entre les aristocrates au pouvoir et les réformistes issus du monde ouvriers, guerre déclenchée par une tentative d’assassinat par un groupe terroriste.

The Legend of Heroes: Trails of Cold Steel

A Link to the Fight

C’est au niveau de son système de combat que le titre apporte son lot de satisfaction. Mixant le système semi-dynamique de FFXIII au tout par tour et celui des compétences de la série Tales of, votre combattant dispose en plus de ses attaques classiques d’Arts (équivalent aux magies), de Craft (sorte d’attaques plus évolués) et même de S-Craft en guise de finish-moves. Ces dernières, propre à chaque combattant, évoluent avec votre expérience de combats.

The Legend of Heroes: Trails of Cold Steel

Le point intéressant ici est qu’il est possible de les combiner lors de vos assauts à plusieurs, ce qui ajoute une dimension stratégique vraiment sympa. On notera également l’introduction du facteur placement et positionnement par rapport à vos adversaires, habituellement cantonné au genre Tactical-RPG. Sorti des combats, il vous sera nécessaire de peaufiner votre équipement qui a lui aussi son importance dans Trails of Cold Steel.

The Legend of Heroes: Trails of Cold Steel

Il vous faudra acquérir de nouveaux Arts mais aussi des Quartz, sortes d’orbes qui amélioreront vos compétences physiques et qu’il vous faudra placer tout en les combinant sur des emplacements prédéfinis sur le  modèle du système des materias de FFVII. Les armes pourront elles aussi être boostées en se rendant en atelier en échange de quelques ingrédients ramassés durant votre quête.

The Legend of Heroes: Trails of Cold Steel

Stéréo(Type-0)

Terminons ce test par la réalisation du jeu. Plutôt soignés, les graphismes sont détaillés et présentent de jolies textures que ce soit au niveau des environnements tout 3D de jeu qu’au niveau des personnages. L’esthétique générale est correcte et n’a pas à rougir face aux ténors du genre. Le chara-design des personnages est particulièrement soigné, bien qu’il manque de personnalités avec des traits de caractère totalement stéréotypés « à la japonaise »: le rebelle de service, la fille écervelée, l’intello, les caractères forts qui font mine d’être ultra-méchants, etc. Des poncifs vus et revus qui peinent à attacher le joueur et qui donne l’impression de diriger des pantins sans véritables âmes.

The Legend of Heroes: Trails of Cold Steel

D’ailleurs, les animations se révèlent assez souvent rigides en général. Passons sur les temps de chargement intempestifs lors des changements de zone pour apprécier plutôt les doublages nombreux et de bonne qualité. Finalement, ces reproches sur ce premier volet sont plus dues à des défauts de jeunesse car le jeu pose dans l’ensemble déjà des bonnes bases tant technique que scénaristique pour son évolution. Et rien que le fait qu’il soit disponible sur PSVita comme sur PS3 fait qu’il vaut le détour.

One Comment

Laisser un commentaire