TEST – Stella Glow 3DS

Avant Fire Emblem: Fates, la petite portable de Nintendo accueille Stella Glow, un Tactical-RPG dans la plus pure tradition japonaise.

Stella Glow

Il fait bon de posséder une console 3DS ces jours-ci, surtout lorsqu’on est fan de TRPG japonais. Hasard du calendrier : l’Europe accueille à quelques semaines d’intervalle deux représentants du genre, Stella Glow et Fire Emblem : Fates. Deux jeux développés par deux studios aux destins diamétralement opposés: le premier a précédé la fermeture de son studio de développement, Imageepoch; le second signe le retour au premier plan de son développeur Intelligent System. Penchons-nous sur le cas de Stella Glow, titre repris par Atlus sous la houlette d’un autre maître du genre : Sega. Comment ne pas se remémorer cette époque bénie où l’éditeur faisait vibrer la flamme des fans de TRPG avec des séries aussi marquantes que Shining Force et Dragon Force. Nostalgie, quand tu nous tiens…

Stella Glow

Ma sorcière bien-aimée

Dans Stella Glow, il n’est pas question de troupes militaires à commanditer mais de suivre la destinée d’un jeune homme du nom d’Alto. Recueilli par une famille, son passé le rattrape avec l’apparition de la Sorcière de la Destruction, Hilda. Au même moment, son amie Lisette découvre qu’elle est une des cinq sorcières de la légende, la Sorcière de l’Eau. Se découvrant des talents au combat, Alto décide de rejoindre le 9ème régiment des Forces Armées du Royaume de Regnant avec pour objectif de retrouver les trois autres sorcières. Ensembles, elles ont en effet le pouvoir par leurs chants d’arrêter Hilda et ses Harbringers de leur soif de destruction du monde. Tout une histoire.

Stella Glow

Son(g) of the Witch

Le principe de Stella Glow se déroule en deux temps, les phases de missions et les phases de temps libre. En mission, le joueur choisit sa destination sur une carte, entre quête principale et quêtes annexes (totalement facultatives car ne servant qu’à faire du leveling). Dans la grande tradition des tactical-RPG, le joueur progresse en faisant connaissance des capacités de ses nouveaux compagnons au gré des combats. Après avoir placé ses pions, chaque combattant se déplace suivant un nombre de cases limitées et peuvent attaquer, utiliser des objets ou utiliser une capacité spéciale. Un peu plus loin dans l’aventure, Alto disposera d’une aptitude propre qui est de se synchroniser avec une des sorcières: après une cinématique qui n’est pas sans rappeler la série animée Utena, un chant magique en découle alors, permettant de neutraliser tous vos ennemis ou bien d’augmenter les aptitudes de vos troupes.

Stella Glow

Un avantage considérable qui vous permettra de mettre toutes vos chances de votre côté pour remporter les combats. Lors des phases de temps libre, le joueur est amené à s’équiper en armes et protections ainsi qu’en orbes, qui viendront conférer des capacités magiques à votre équipement. Vous pourrez également renforcer vos liens avec vos compagnons en discutant régulièrement avec eux ou bien effectuer des petit jobs, histoire d’assurer vos fins de mois. Ce sera aussi l’occasion de libérer le pouvoir caché des sorcières que vous aurez ralliées à votre cause, en leur apportant votre « affection » en les délivrant de leurs sombres pensées. Dans ces phases, le joueur engage un combat contre l’esprit de la sorcière en vue de l’exorciser définitivement.

Stella Glow

Molle-to Molle-to

La réalisation globale de Stella Glow est assez plaisante, sur un ton résolument manga et un chara-design assez réussi. Les niveaux sont colorés et on apprécie les courtes cinématiques 3D illustrant les attaques, avec la possibilité de les zapper pour accélérer le cours du jeu. L’alternance entre phase de combat et phase de repos permet d’avancer tranquillement dans le jeu, sans pression.

Stella Glow

D’ailleurs, et c’est l’un des principaux défauts du jeu, sa faible difficulté fait qu’il se destine davantage aux novices du genre. Il est rare de se retrouver à un flot insurmontable d’ennemis et à moins d’éviter les quêtes annexes, le niveau d’expérience de vos troupes sera largement suffisant pour écraser l’ennemi. On peut également s’interroger sur le faible nombre de nouveaux équipements vendus en boutique. Ce qui réduit l’intérêt d’aller perdre son temps sur les jobs pour l’employer à faire plutôt progresser les liens entre les personnages. On tourne finalement rapidement en rond pour ne plus que suivre le cours de l’histoire, plombées par des dialogues sans fin.

Stella Glow

On déplorera également le faible intérêt des quêtes annexes en dehors du fait de croiser des ennemis beaucoup plus coriaces bénéfique pour augmenter l’expérience de vos soldats, car elles n’apportent aucun focus sur les personnages ou complément à l’histoire. Sur le plan de la jouabilité enfin, on a l’impression de revenir en arrière, ne serait-ce que par l’impossibilité d’obtenir différents angles de vues du terrain de combat. Il reste que Stella Glow s’avère plutôt mignon avec ses sorcières SD façon idoles japonaises « kawaï » poussant la chansonnette sur fond de J-Pop. Sans atteindre celle des ténors du genre sur consoles, la durée de vie du titre se montre correcte avec douze chapitres pour la quête principale qu’on bouclera sans forcer après 40 heures de jeu. Il est juste dommage qu’on ne puisse pas profiter ici d’une localisation en français (le jeu est totalement en anglais, dialogues compris).

VERDICT
7/10

JEU - Stella Glow 3DS

Plaisant à jouer, Stella Glow offre une réalisation honnête et ravira ceux qui souhaitent s’initier au tactical-RPG. Facile d’accès, son look manga et ses sorcières « kawaï » charmeront un large public. Il reste que le titre se montre peu exhaustif en contenus et que l’on tournera très vite en rond, pour ne vouloir au bout du compte qu’une chose: boucler rapidement la douzaines de chapitres de la quête principale avant de passer à un autre jeu. Un amuse-gueule qui permettra de patienter avant de passer au plat de résistance avec un certain Fire Emblem: Fates…

On adore…

  • le charadesign des personnages réussi et mignon
  • Des graphismes colorés
  • Les cinématiques façon animées
  • La durée de vie correcte

On déteste…

  • Une réalisation à l’ancienne: impossible de changer d’angles de vision(!)
  • L’absence d’intérêt des quêtes annexes hors leveling
  • Plutôt chiche en contenus, le bougre!
  • Intrigue lente à démarrer
  • Trop de bla-bla inutiles
  • Pas de localisation française

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.