TEST – Sly Cooper: Voleurs à travers le temps PSVita

SLY COOPER – Après avoir fait les poches de nos portefeuilles sur Playstation 2, le plus frenchy des ratons laveurs revient dans un quatrième volet destiné à la fois à la Playstation 3 ainsi qu’à la Playstation Vita. Pas de jaloux donc : avec deux jeux pour le prix d’un, notre voleur Sly Cooper sait aussi se montrer généreux !

sly cooper

Avant l’arrivée d’Infamous, le sudio Sucker Punch s’était fait connaître par la saga Sly Racoon, un titre mélangeant habilement différents genres : plateforme, shoot, action, combat et réflexion. Plébiscité par les joueurs, trois volets furent ainsi développés pour la PS2, faisant du raton une valeur sûre de la console. Il faut dire que chaque volet se montrait aguicheur par sa réalisation sans faille, avec ses graphismes tout droit sortis d’un dessin animé, une jouabilité facile d’accès, des situations variées et une panoplie de personnages charismatiques. On note d’ailleurs de nombreuses similitudes entre l’électrisant Cole Mc Grath d’Infamous et Sly Cooper dans ses déplacements sur les lignes à haute tension.

sly cooper

Après une longue parenthèse « guest-stars » dans d’autres jeux (Playstation Move Heroes, Playstation All-Stars Battle Royal), Sly Cooper est bel et bien de retour dans un quatrième volet inédit sur PS3 et PSVita. Pour ne rien gâcher, il s’agit du second jeu Sony bénéficiant du système de cross-buy, permettant de bénéficier des deux versions quelque soit la version que vous achetiez. Intitulé « Voleurs à travers le temps », il ne faut pas avoir fait Sciences Po pour deviner qu’il sera ici question de voyages inter-dimensionnels.

sly cooper

Sly Cooper et ses fidèles acolytes Bentley et Murray vont ainsi devoir traverser les époques pour tenter de sauvegarder l’existence du clan Cooper dans l’Histoire : nos amis sont en effet victimes du malfaisant putois Cyrille Leparadox qui va tout faire pour supprimer toute forme de vie des ancêtres de Sly. C’était sans compter sur le génie de Bentley et de son « van » à remonter le temps dans les quatre coins du monde. Les voici donc tout trois partis vers le Japon médiéval, le Far West des Amériques, la Préhistoire au moment de l’Age de Glace, l’Angleterre Médiaval et enfin l’Arabie Aoudite, pays des Contes des Mille et Une Nuits : tour à tour, ils y croiseront les ancêtres de Sly, qui disposent chacun de capacités propres mais aussi de leurs propres caractères bien trempés.

sly cooper

On adore…

Plus qu’une simple transposition de la version PS3, la version PSVita du titre bénéficie de quelques fonctionnalités sympathiques comme l’utilisation de l’écran tactile pour se repérer par exemple ou certaines aptitudes de  nos héros. La possibilité de reprendre une sauvegarde PS3 sur PSVita et réciproquement est également un plus car le titre se prête aussi bien au jeu chez soi que dans les transports. A dire vrai, ce volet se montre même plus agréable à joueur dans sa version PSVita : les missions sont courtes, les checkpoints sont nombreux et la variété de gameplay fait que l’on ne s’ennuie presque jamais.

sly cooper

La réalisation oscille entre le bon et le très bon, avec des graphismes chatoyants et un monde totalement ouvert dans les phases d’exploration. Le gros points fort du titre est véritablement la richesse des genres empruntés. Si Sly reste le roi de l’infiltration et du vol à la sauvette, ses ancêtres se montrent doués dans d’autre domaine :  Rioichi Cooper excelle dans l’art de la téléportation, Tennesse Kid Cooper est lui le roi de la gâchette et du bullet-time, Sir Richard Galleth Cooper s’avère quant àç lui un redoutable archer et catapulteur. Mention spécial pour le raton préhistorique Bob Cooper et sa séance d’entraînement « façon Rocky » composés de mini-jeux excellents. Enfin, le titre brille par ses séquences animées et les nombreux mini-jeux qui le composent, alternant phases de shoot-them-up « hacking », bastons et phases d’explorations classiques.

sly cooper

On déteste…

Destiné au grand public, ce volet de Sly Cooper se montre clairement plus tendre en terme de difficulté qu’un Infamous. On progresse rapidement, enchainant les missions une après l’autre. Si bien qu’il est possible d’arriver sans mal (après 8-10 heures tout de même) au terme de l’aventure si on s’en tient à uniquement à la trame principale et qu’on zappe volontairement les collectes annexes. Et bien que l’histoire reprenne la suite directe du troisième volet, on ne peut pas dire que le scénario brille par son originalité. On sent d’ailleurs poindre la répétitivité des actions vers la moitié du jeu.

sly cooper

Le challenge s’avère par contre un peu trop relevé sur la partie personnalisation des personnages: le coûts des améliorations s’avèrent particulièrement exorbitants et vous obligera à passer du temps à tenter de faire les poches de vos ennemis. Des petits soucis de caméras, d’IA mollassonne des gardes et quelques bugs de collisions viendront parfois entacher le titre mais sans grande conséquence pour autant.

sly cooper

Passage en haute définition réussi pour les dernières aventures de Sly Cooper et ses amis. Même s’il ne s’agit pas du plus beau jeu vu sur la console portable, le titre bénéficie d’une réalisation solide et d’une variété rare. La durée de vie s’avère conséquente dès lors qu’on se lancera dans les collections pour débloquer les bonus cachés (costumes, attaques, jeux d’arcade). Un niveau de difficulté un peu plus élevé et un enchaînement des missions moins haché auraient été un plus. Dans la lignée des précédents volets et donc sans surprise, Sly Cooper : Voleurs à travers le temps s’avère efficace et même parfaitement adapté au support PSVita.

NOTE :

Sly Cooper : Voleurs à travers le temps est disponible sur console Playstation 3 et Playstation Vita.

Laisser un commentaire