Test – Psikyo Shooting Stars Bravo Switch : la compile qui shoot shoot shoot

Psikyo Shooting Stars Bravo

Dans la continuité de sa première compilation Psikyo Shooting Stars Alpha sortie le mois dernier, l’éditeur NIS America poursuit avec Bravo.

Délaissant les escadrons de la Seconde Guerre Mondiale de la série Striker mis en avant dans Psikyo Shooting Stars Alpha, cette seconde compilation réunit cette fois-ci deux séries majeures de l’éditeur japonais, celle des Sengoku Aces et celle de Gunbird.

Psikyo Shooting Stars Bravo

L’ère Sengoku Aces

Commençons par Samurai Aces. Le premier volet pose la fine trame scénaristique que l’on retrouvera tout le long de la série : se déroulant dans le Japon féodal, la princesse Tsukihime, fille du Shogun, est enlevée par des forces démoniaques. Son sacrifice fera ressusciter le dieu démon. Pour les en empêcher, six héros légendaires prennent leur envol et partent au secours de la jeune fille prisonnière. Sorti en 1993, Samurai Aces (Sengoku Aces dans la version originale) est le tout premier shoot-them-up réalisé par le studio Psikyo pour les salles d’arcade. La patte du studio est déjà bien présente avec la nervosité de l’action, l’accessibilité de ses commandes et la possibilité de jouer à deux simultanément en mode coopération. Se jouant en vue aérienne, le titre prend tout son intérêt lorsqu’il est joué en mode vertical comme sur sa borne d’origine : pour en profiter, je vous recommande l’accessoire Flip Grip (environ 17$ port inclus) qui vous permettra de jouer dans cette configuration en mode nomade.

Flip Grip
Flip Grip, l’accessoire indispensable pour les shoot en mode vertical

Chaque personnage dispose de son propre type de tir et de voix digitalisées. Suivant le personnage choisi et votre façon de jouer, vous pourrez débloquer jusqu’à vingt-et-une fins différentes ! Ce ne sera pas une sinécure car le jeu est particulièrement dur, ce qui vaudra au studio sa réputation parmi les connaisseurs de concepteur de shoot-them-up très ardus.

Psikyo Shooting Stars Bravo

Sa suite Tengai (Sengoku Blade : Sengoku Aces II en version originale) bascule en mode 2D horizontale. Si la formule ne change pas en soi avec un niveau de difficulté encore plus élevé au niveau des patterns, le titre de 1996 présente des graphismes plus affinés au niveau des ennemis et des boss ainsi que l’ajout de familiers pour vous assister. Le scrolling en multi-parallaxe plus adapté à l’esprit aérien de ces chasseurs de démon et donne l’occasion d’offrir de beaux effets visuels. On appréciera également les illustrations réussies lors des confrontations. Une suite remarquable !

Psikyo Shooting Stars Bravo

Près de dix années séparent ce troisième épisode de Tengai puisqu’il est sorti en 2005. Baptisé Sengoku Cannon : Sengoku Aces III, l’histoire fait pourtant suite aux événements de Sengoku Blade, allez comprendre pourquoi, seulement deux années après. Dans ce volet, nos valeureux chasseurs de démons repartent à l’assaut des forces maléfiques. Contrairement à ses aînés, cet épisode était destiné exclusivement à la console de jeu Sony PSP et non au marché arcade. Bien que l’on reste sur le schéma 2D horizontale, le scrolling est désormais tout en 3D, et il faut bien l’avouer, pas du meilleur effet. La modélisation et les textures, baveuses et répétitives, ont mal vieilli et laisse entrevoir pas mal de d’effets de clippings. Niveau jouabilité, on gagne une nouvelle attaque dite « Cannon » permettant d’envoyer un bref instant un énorme tir qui transforme vos ennemis en pièces. Plus courts avec ses cinq niveaux, on peut déplorer ici l’abandon des bonnes idées introduites dans Sengoku Blade comme la disparition des familiers et des voies multiples.

Psikyo Shooting Stars Bravo

L’ère Gunbird

En 1994, le studio Psikyo décide de lancer un nouveau shoot-them-up qui aurait pour thème celui de la magie et de la fantasy dans une ambiance d’animé. Son nom: Gunbird. Le titre rassemble de façon incongru une jeune sorcière, un type en jetpack, une femme-reine des singes, un robot géant et un vieux maître d’arts martiaux. Se jouant en vue verticale aérienne comme Samurai Aces, Gunbird a aussi comme points communs de pouvoir se jouer à deux en simultanée et d’être entrecoupé de scénettes humoristiques. Question jouabilité, seuls deux boutons sont utilisés: un pour le tir classique avec un plus puissant quand le bouton reste appuyé, et un pour l’envoi des bombes. Plutôt joli, Gunbird se situe dans la mouvance des manic-shooters dans lequel votre écran se retrouve rapidement envahi par les tirs ennemis sous forme de boules et où il vous faut mémoriser les patterns pour vous en sortir.

Psikyo Shooting Stars Bravo

Prolongeant la formule de son aîné en 1998, Gunbird 2 l’améliore même en introduisant une nouvelle attaque au corps-à-corps terriblement efficace mais aussi très risquée. Les graphismes ont gagné en beauté de même que les cutscenes. Croisement improbable de l’esprit Twinbee et de l’univers mecha sorti d’un Metal Slug, la réalisation du jeu se montre très plaisante et on ressent la maîtrise des concepteurs pour faire progresser les joueurs sur leur façon d’aborder les combats contre les boss, par démantèlement progressif de l’arsenal de votre adversaire. La bande son n’est pas en reste et on pourra apprécier les compositions tout le long des sept niveaux du jeu.

Psikyo Shooting Stars Bravo

Dernier jeu de cette compilation, Gunbarich est une sorte de spin-off mettant en scène les protagonistes de Gunbird dans un casse-brique. Mignon et coloré, il s’adressera principalement aux fans de la série à première vue. Dans cette variante du genre démocratisé par Arkanoïd, le palet est représenté par deux petits flippers permettant d’orienter la balle non plus seulement verticalement mais suivant des angles variés. Simple à prendre en main, la difficulté réside dans les obstacles qui gêneront la trajectoire de votre balle, comme des blocs indestructibles ou des malus. Le stress monte au fur et à mesure que le chrono s’écoule. Les nerfs doivent être solides pour arriver au bout des vingt-deux tableaux. Il est heureusement possible de bénéficier de plus de vies et mêmes de continues illimitées en sacrifiant vos points précieusement accumulés.

Psikyo Shooting Stars Bravo est actuellement disponible sur Nintendo Switch.

VERDICT
6/10

JEU - Psikyo Shooting Stars Bravo SWITCH

Psikyo montre à nouveau tout son talent en matière de shoot-them-up avec cette seconde compilation. La série Sengoku Aces est plutôt inégale bien que Tengai sorte du lot avec ses multiples cheminements. La véritable star de ce volume Bravo, c’est la série Gunbird. Attrayants et variés, Gunbird et Gunbird 2 brillent par leur fraîcheur en dépit de leur grand âge que ne renierait pas un épisode de Twinbee. Gunbarich offre une pause bienvenue entre des tirs de boulettes, par son côté indémodable mais aussi novateur. Principal regret : le manque de fioriture dans les menus.

On adore…

  • La fraîcheur de Gunbird
  • Le dynamisme et les graphismes de Gunbird 2
  • Tengai et ses multiples cheminements
  • La possibilité de jouer en mode vertical
  • A deux s’est toujours mieux

On déteste…

  • La laideur de l’épisode Sengoku Aces III 
  • Un côté trop désuet pour Samurai Aces
  • Pas de possibilité de jouer à deux en ligne
  • Service minimum : pas d’illustration, pas de making-of 

Test réalisé sur Nintendo Switch à partir d’une version dématérialisée fournie par l’éditeur

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.