TEST – Project X Zone 2 3DS

Etre héros de jeu vidéo n’est pas toujours de tout repos. Alors forcément, on attendait avec impatience Project X Zone 2 pour s’éclater!

Project X Zone 2

Ce rêve fou de voir s’affronter sur un tatamis Akira de Virtua Fighter à Kazuya de Tekken ou de voir le ninja Shinobi donnait la réplique à Ken Master de Street Fighter n’en est plus un depuis qu’était sorti le premier volet de Project X Zone sur 3DS il y a quelques années. On se souvient qu’à l’époque l’éditeur Bandai Namco Games avait décidé d’enterrer la hache de guerre avec ses frères ennemis Capcom et Sega le temps de ce cross-over ultime. Il restait à choisir la plateforme de prédilection. C’est Nintendo qui remporta finalement la timbale avec sa console portable 3DS, alors au plus haut de sa popularité.

TNP-PXZ2_10

A la croisée des mondes du jeu vidéo

L’idée de base de Project X Zone était de présenter un titre à la croisée des mondes sur son casting et les genres représentés (avec des personnages issus de RPG, de jeux de combat et de jeux d’aventure). Si dans la forme, on se retrouve face à un Tactical-RPG des plus classiques, les confrontations reprennent les codes du versus-fighting avec système de combos, attaques spéciales et furies. Globalement, ce premier jet se montrait un peu déconcertant par sa faible prise de risques et sa réalisation minimaliste qui pour ma part, était en dessous de mes attentes: l’éditeur japonais s’est contenté de transposer le concept éprouvé sur Namco X Capcom (jamais paru en Occident) et sa série des Robot Taisen (qui mélangeaient déjà T-RPG et cinématiques animées) en y intégrant quelques éléments de gameplay supplémentaires.

Project X Zone 2

Et si Shinobi et Strider se rencontraient…

En dépit des années qui les séparent, Project X Zone 2 s’inscrit dans la route tracée par son aîné, se présentant comme sa suite directe en tous points. On retrouve notre duo de choc de la Shinra, Reiji et la féline Xiaomu venus tout droit de Namco X Capcom. Comme dans le premier volet, des failles temporelles apparaissent de façon étrange sur la ville de Tokyo, faisant se croiser des personnages issus de tous les univers des jeux Bandai Namco Games (Tales of Vesperia, .Hack, God Eater…), Sega (Sakura Wars, Shinobi, Virtua Fighter, Resonance of Fate…) et Capcom (Street Fighter, Megaman, Devil May Cry, Darkstalkers, Strider…). Invité de dernière minute, Nintendo s’immisce dans à la fête via Chrom et Lucina (Fire Emblem) et Xenoblade Chronicles. Au gré de voyages temporels, les forces Alliés emmenées par l’imposant Tortuedragon enquêtent sur l’apparition mystérieuse de chaînes gigantesques dans leurs mondes respectifs. Si vous n’avez rien compris à cet imbroglio, ne vous inquiétez pas, cette histoire de complot n’est qu’un grossier prétexte pour trouver un lien entre tous ces personnages que les genres opposent.

Project X Zone 2

Bienvenue dans La Communauté des Héros !

Comme tout T-RPG, les phases de jeu se déroulent au tour par tour, alternant forces alliées et forces ennemis. La nouveauté principale vient de l’introduction des Duos, donnant lieu à des enchaînements générateurs de combos. Mais , c’est surtout l’occasion de profiter de furies jouissives pour les yeux car remarquablement bien mises en scène, offrant même des moments d’anthologie inespérés pour tout gamer: l’union sacrée entre le père Kazuya et son fils Jin, les attaques surpuissantes de Megaman et Zero ou la Xeno-team d’un jour incarnée par KOS-MOS et Fiora. D’autant que certains duos ont droit à des attaques multiples donnant lieu à des cinématiques supplémentaires.

Project X Zone 2

En plus des attaques classiques, on peut faire appel à des « strikers » attribués aux touches L et R. Ces unités solos sont un moyen d’étendre le casting de façon exponentielle, jouant à fond la carte du fan-service. Ces cameos faisant partis intégrantes du système de jeu sont tous issus de titres marquant dans l’histoire de chacune des compagnies. On verra passé le loup-garou d’Altered Beast et Alex Kidd lorsqu’intervient Ulala de Space Channel 5; ou encore des personnages de Captain Commando, Jun de Star Gladiators ou le policier Axel de Street of Rage. Le soin du détail est poussé jusqu’à accompagner les apparitions des thèmes musicaux propres à chaque personnage. Project X Zone 2 intègre même une véritable encyclopédie où chaque personnage rencontré dans les niveaux a droit à sa fiche technique où sont décrits ses origines. Ceux qui voudront parfaire leur connaissance de l’histoire du jeu vidéo en ont ici l’occasion rêvée.

Project X Zone 2

L’Agence Sans Risque

En dépit de ces quelques ajouts, on se retrouve face à un copier/coller du premier Project X Zone. Si le titre dispose d’une bonne durée de vie avec ses quarante stages, les séquences se répètent inlassablement: dialogues, phases de jeu, phase de préparation. Les phases de jeu se révèlent peu variées, avec juste par moment des conditions de victoire à respecter comme un nombre de tours maximum ou des objectifs à remplir.

Project X Zone 2

Globalement, le titre est simple à prendre en main et la difficulté est calibrée pour le joueur occasionnel, où on évolue plutôt facilement même sur les 2/3 du jeu. Niveau réalisation, il y a une grande disparité entre le côté orchestral des furies, superbes, et le terrain de jeu où l’on évolue, bien souvent fade et peu inspiré même s’il fait souvent référence à ceux d’autres jeux vidéo. Il est également dommage que l’on ne puisse pas contrôler la caméra librement pour profiter du meilleur angle de vision. Enfin, je regrette qu’aucun autre mode hormis de l’entraînement ne soit proposé comme des mini-jeux pour varier les plaisirs. Saluons tout de même l’effort de l’éditeur d’avoir proposé cette fois-ci une véritable localisation dans la langue de Molière (Project X Zone n’y avait pas eu droit lors de sa localisation occidentale) qui nous permet de profiter de dialogues assez savoureux plein de sous-entendus tantôt olé-olé tantôt en référence à d’autres jeux existants. Mention spéciale aux titres des chapitres qui offrent des moments de rigolades sur la traduction littérale des titres de jeu: les rue de la rage, la résonance de la destinée et j’en passe.

VERDICT
7/10

JEU - Project X Zone 2 3DS

Le « 2 » n’est pas usurpé dans le titre: Project X Zone 2 est LA suite de Project X Zone. On prend les mêmes et on recommence avec un léger remaniement du casting, l’arrivée des duos et le feu d’artifices des furies animées. Efficace, la formule reste trop avare en vraies nouveautés et se veut même répétitive à la longue. Déjà handicapée par sa réalisation à l’économie, le titre de Monolith Soft souffre par son intérêt limité et d’un absence de rejouabilité une fois le premier run bouclé. On aurait aimé un peu plus de marmelade dans ce nouveau all-stars au goût tenace de réchauffé.

On adore…

  • Shenmue, Star Gladiator et Street of Rage réunis dans un même jeu fan service: what else ?
  • Les furies animées en duo
  • Facile d’accès
  • Durée de vie conséquente
  • Des dialogues intégralement dans la langue de Miolière

On déteste…

  • Le scénario WTF?!!s
  • Réalisation à la traîne même sur 3DS
  • Répétitif à la longue
  • L’absence de challenges
  • Pas de quêtes annexes ou de suppléments mini-jeux

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.