Test – Persona 5 Strikers PS4

Moins d’un an après la sortie de l’excellent Persona 5 Royal, les Voleurs Fantômes de Cœurs font déjà leurs retours dans un spin-off prenant la forme d’un Action RPG plein d’adrénaline ! Du changement dans la juste continuité.

Bien que sorti après le volet Royal, Persona 5 Strikers se déroule chronologiquement après les événements de Persona 5. Avertissement: il est donc vivement conseillé d’avoir préalablement joué à cet épisode au risque de vous spoiler. [SPOIL] Six mois se sont écoulés après l’arrestation de Joker.

Désormais en liberté, Joker et sa bande se retrouvent pour des vacances bien méritées. La pause sera malheureusement de courte durée pour nos amis puisque d’étranges phénomènes refont leur apparition à Tokyo. Une jeune styliste à succès au nom d’Alice Hiiragi vole les désirs de ses fans. Ces derniers tombent alors totalement sous son emprise. Ce mystère va convaincre nos Voleurs Fantômes de se lancer dans un road-trip aux quatre coins du Japon et récupérer les Désirs volés aux innocents : Tokyo, Sendai, Sapporo, Okinawa, Kyoto et enfin Osaka.[/SPOIL]

Persona 5 Strikers : retour aux affaires

Persona 5 Strikers reprend les bases de Persona 5 dans son principe, tout en se montrant plus linéaire. Le joueur alterne entre phases d’exploration et phases de combats / plateformes. En mode exploration, on retrouve les mécaniques de Persona 5 mais davantage allégées.

Dans Tokyo, on peut ainsi se rendre dans les principaux lieux comme le Café Leblanc ou la gare de Shibuya. Il n’est plus question de profiter des activités annexes cependant comme les salles d’arcade ou restaurant. Vos sorties servent essentiellement à vous approvisionner et compléter votre arsenal.

Outre les boutiques habituelles (fast-food, supermarché, drugstore), on peut faire ses emplètes dans la boutique en ligne de Sophia, une IA compagnon. Notez au passage que l’on perd la notion de temporalité de l’épisode canon. Ici, le joueur peut réaliser autant d’actions préparatoires qu’il le souhaite avant de poursuivre lintrigue.

Des Voleurs Fantômes au cœur de l’action

C’est sur le plan des combats que Persona 5 Strikers se détache. Le studio Omega Force est parvenu à fusionner leur système de combat mûsou avec celui de P5. Les affrontements se déroulent ainsi en temps réel : Carré pour un coup faible, Triangle pour un coup fort, Croix pour sauter, R2 pour courir / esquiver. En maintenant la touche R1, on passe en semi-temps réel : on accède alors aux Persona et à leurs capacités que le joueur pourra déclencher en cas de jauge PC suffisamment remplie. On conserve le principe d’affinités aux éléments propre aux RPG, où l’on se focalise sur les faiblesse de l’ennemi pour déclencher des combos d’attaque. Enfin, les furies Master Arts restent elles au rendez-vous.

Une simple histoire de Persona…

Contrairement à Persona 5, les Voleurs Fantômes de Cœur sont tous jouables et peuvent intégrer votre groupe dès la première heure de jeu passée. Lors des combats, on passe d’un combattant à l’autre en appuyant sur la croix directionnelle, profitant ainsi des capacités propres à chacun d’entre eux. Leurs capacités se développeront en engrangeant de l’EXP ou en faisant appel au fameux Velvet Room. Le maître des lieux Igor ayant pris lui aussi ses congés, c’est la glaciale Lavenza qui officie à sa place. Là aussi, la gestion des Persona va à l’essentiel: enregistrement, amélioration de niveau et bien sur fusion des Persona. En dehors de la Velvet Room, vos victoires permettent d’engranger des points pour renforcer vos liens d’amitiés et débloquer des capacités bonus ou de renforcement de votre équipe.

Une réalisation qui en met plein les yeux

Force est de constater que la réalisation de Persona 5 Strikers n’a pas à rougir face à Persona 5. Au contraire, il bénéficie d’une modélisation plus aboutie, avec des textures plus valorisantes. Les esprits chagrins diront que tout ceci est nivelée par le bas compte tenu de la puissance de la PS4 : le titre est en effet aussi proposé sur la console Nintendo Switch.

Peu importe car on retrouve l’esprit de P5: son ambiance tonitruante et son interface de jeu toujours aussi léchée. Les cinématiques sont aussi plus nombreuses et laissent la part belle au spectacle. D’autant qu’on se laisse transporter par la bande son musicale toujours aussi funk de ce Persona 5 Strikers.

Un spin-off à réserver aux fans et joueurs confirmés

Bien qu’en apparence plus accessible que Persona 5, ce spin-off se montre pourtant d’une difficulté plus prononcée en mode Normal. La jauge de PC se vide à vue d’œil après l’utilisation de 4-5 capacités. Quant à l’argent récupéré durant vos combats, il est rapidement dépensées en articles de soins avant même de passer par la case équipements. Il faut également ajouter un aspect assez brouillon dans le feu de l’action. On se prend facilement des coups dans le tas, surtout par les ennemis costauds, et l’esquive n’est pas un modèle d’efficacité. On s’y reprendra à plusieurs fois-même dans les deux niveaux de difficulté plus élevé, Dur et Maniac. Un dernier mot enfin sur la localisation en français de l’ensemble de l’interface de jeu et le travail d’adaptation avec ses dialogues drôles et bourrés de références de fan-service.

Persona 5 Strikers est actuellement disponible sur PS4, Switch et Steam PC. Retrouvez aussi notre test en vidéo :

VERDICT
8/10

JEU - Persona 5 Strikers PS4

Face au succès de Persona 5, on pouvait craindre une forme d’opportunisme chez Atlus en sortant un épisode spin-off. C’était sans compter sur le savoir-faire de la team Omega Force. Le studio est passé maître dans l’art d’adapter à la sauce mûsou des univers issu d’animés et de jeux vidéo. Il le prouve encore une fois ici : Persona 5 Strikers donne l’impression que le genre Action lui était tout destiné. Les fans prendront plaisir à retrouver des visages, des lieux et des éléments familiers tout en poursuivant la découverte de nouvelles mécaniques de jeu. Reste que la difficulté pourra réserver le titre aux initiés. 

On adore…

  • Les Voleurs Fantômes de Cœurs, tout simplement <3 !
  • P5 en mode globe-trotter
  • L’action non-stop à foison
  • L’interface et le design global toujours au top
  • Des cinématiques toujours aussi classes
  • Le respect de l’univers et de la licence
  • Plusieurs modes de difficulté avec un vrai challenge
  • Adaptation en français impeccable

On déteste…

  • Davantage linéaire que Persona 5
  • Un aspect un peu brouillon des combats
  • Des ennemis qui se répètent à la longue en phase exploration

Test réalisé sur PS4 Pro à partir d’une version dématérialisée fournie par l’éditeur Koch Media France

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.