TEST – Liberation Maiden 3DS

Connu pour ses jeux hors du commun sur consoles de salon, Suda 51 n’avait jamais vraiment eu l’occasion de concevoir un jeu sur console portable. Un fossé désormais comblé par l’intermédiaire du studio Level 5 et de la compilation Guild01 avec la naissance de Liberation Maiden 3DS.

liberation maiden 3ds

C’est peu de dire que l’attente autour de Liberation Maiden était double. D’une part, un  jeu du créateur japonais barré de No More Heroes et Lollipop Chainsaw, Suda 51,  sur la console portable Nintendo 3DS, voilà un choix qui a de quoi surprendre. D’autre part, les premières images dévoilées étaient alléchantes, mêlant séquences animées manga de toute beauté et phases de shoot en mecha « façon Macross ». Ça en jetait un max et la promotion marketing de la compilation Guild01 au Japon par son producteur Level-5 ne s’y était pas trompé en mettant le jeu en avant. Une façon de faire qui n’était pas sans rappeler un autre maître-étalon dans le domaine: Zone of the Enders.

liberation maiden 3ds

Liberation Maiden vous met dans la peau de Shoko Ozora, une jeune fille bien élevée aux grandes responsabilités. Si l’Allemagne a sa chancelière Angela, le New Japan de Suda51 a la jeune femme pour présidente ! Ayant la destinée de l’humanité entre ses mains, quoi de plus normal qu’elle combatte à bord de son Liberator, Kamui, gigantesque robot volant de son état et surtout à la force de frappe colossale. Il lui faudra bien ça pour parvenir à protéger la Terre de ces envahisseurs venus d’ailleurs. Un scénario aussi basique que fantasque, où l’on retrouve les thèmes de prédilections de Suda51: les femmes, les mechas et la thématique arcade.

liberation maiden 3ds

Le titre offre de grande similitude avec Zone of the Enders, notamment côté gameplay. Le contrôle de votre Liberator se fera uniquement au stylet via l’écran tactile de la 3DS, alliant ainsi liberté de mouvement et précision. D’un maintien du bouton L, on pourra tourner autour de sa cible et concentrer ainsi les tirs sur lui. Ces derniers sont de deux types: soit sous forme de salves envoyés après sélection de vos cibles, soit sous forme d’un sabre laser destructeur. Le joueur alternera différentes missions, tantôt principal tanttôt secondaire, qui se résumera la plupart du temps à détruire une ou des cibles précises. Chaque fin de niveau se conclue par un boss. En soi, le titre se révèle assez simple d’accès. Des trois modes de difficultés, il est conseillé d’attaquer directement en mode Hard pour gagner en résistance…

liberation maiden 3ds

Car il faudra bien ça pour boucler les cinq niveaux que comptent seulement le titre! Le temps d’un petit après-midi et vous aurait tôt fait de voir arriver les crédits de fin: quelle déception! Et mêmes si les séquences cinématiques se révèlent superbes, on en dénombre au final que très peu, deux ou trois tout au plus, génériques compris. Côté réalisation, je suis également rester sur ma faim: les graphismes font davantage penser à une production DS que 3DS sauf à l’arrivée du niveau final. J’ai également noté des soucis assez gênants de caméras, des problèmes de précisions de tirs sur des éléments qui par moment ressemblent vraiment à de la bouillie. Enfin, comme AeroPorter et Crimson Shroud, point de localisation française ici. On se consolera juste avec la galerie bonus où on débloquera illustrations et les rares séquences animées. Bref, un sentiment bien mitigé où la forme a clairement été privilégié sur le fond…

liberation maiden 3ds

Liberation Maiden 3DS est de ces jeux qui font figure d’amuse-gueule, où la robe de mariée est là pour vous mettre en appétit en attendant le plat de consistance. Partant de ce constat, Suda 51 a réussi sa mission avec un titre qui ne trahit pas ses origines et ses thèmes de prédilections: c’est un petit titre récréatif qui a sa place dans une compilation.  Un titre sans prétention qui frustreront ceux qui y voyaient une alternative portable à la série mecha d’Hideo Kojima: au final, Liberation Maiden tient plus du Zone of the Enders du pauvre. Vendu au prix fort (7,99€), uniquement en téléchargement et en stand-alone en France, on ne peux pas dire que les motivations soient vraiment là pour l’acquérir…

Liberation Maiden est disponible exclusivement en téléchargement sur l’eShop de la console Nintendo 3DS.

Note:

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.