Test – Leisure Suit Larry : Wet Dreams Dry Twice Switch

Débarqué d’une époque où les micro-ordinateurs étaient légions, le plus craignos des séducteurs Larry Laffer reprend du service dans Leisure Suit Larry : Wet Dreams Dry Twice. Prêt(e) à vous mouiller dans l’aventure ?

Un joueur averti en valant deux, sachez que ce nouvel épisode des aventures de Larry Laffer s’adresse en priorité à ceux ayant déjà bouclé l’épisode précédent, Leisure Suit Larry : Wet Dreams Don’t Dry, sorti en 2018. Il faut le savoir au risque sinon de vous spoiler et de passer à côté de bons nombres de références. Vous voilà prévenu.

Epouse-moi si tu peux !

La saga Leisure Suit Larry est une série de jeux d’aventure en point’n click, genre apparu à l’époque des micro ordinateurs. Abandonnant la numérotation depuis le précédent volet (il s’agirait sinon du neuvième épisode canonique), nous retrouvons donc notre insatiable Larry Laffer au look toujours aussi figé dans les années 70. Dans ce nouveau volet, on abandonne New Lost Wages pour les îles paradisiaques de Cancùm. Car Larry Laffer avait enfin trouvé l’amour en la personne de Faith qu’il s’apprête à épouser. Sauf qu’elle disparaît pour des raisons mystérieuses ! Larry se lance alors dans une vaste investigation aux quatre coins de l’archipel de Kalau’a. C’était sans compter sur une menace cachée rôdant en permanence près de lui, également déterminée à retrouver Faith.

Mon nom est Larry. Larry Laffer.

A l’origine purement textuelle, la renommée de la série Leisure Suit Larry s’est faite par l’humour potache de ses dialogues plein de sous entendus, mêlant culture nerds, jeux de mots coquins et séquences soft porn. Pour autant, Leisure Suit Larry : Wet Dreams Dry Twice ne se montre jamais vulgaire: aux antipodes du style gentleman de James Bond, le « charisme ringard » de ce cher Larry est ici la meilleure arme pour faire tomber ces dames. Et malgré toutes ces années, la recette point’n click demeure la même. Le joueur dirige Larry et scrute chaque détail du décor afin de résoudre les énigmes.

D’une façon générale, il vous faudra rechercher et rassembler plusieurs objets pour trouver la solution et avancer dans votre quête. Le problème est que la plupart d’entre elles se révèlent particulièrement ardues, voire tordues. On se retrouve bien souvent à tourner en rond ou coincé sans trop savoir quoi faire, ce qui est décourageant et frustrant pour des nouveaux-venus. S’il s’agit d’une lettre de fabrique de la série, il aurait été appréciable de proposer une aide facultative ou un niveau de difficulté plus accessible.

Le prince des belles Nerds

Les graphismes sont plutôt agréables, pour qui apprécient le design « flash » et « flashy » des décors dessinés à la main. On ne peut pas en dire autant pour la jouabilité qui laisse à désirer sur cette adaptation sur console Switch. S’il est appréciable de pouvoir diriger et effectuer des actions via l’écran tactile, on s’étonnera de la lenteur ded déplacements de Larry lorsqu’il faut se rendre d’un endroit à l’autre. Celle-ci est en partie pallier par la carte des îles de l’archipel de Kalau’a qui permet de se téléporter plus rapidement.

Pour autant, la reconnaissance en tactile se montre approximative et il est préférable d’opter pour le jeu en mode dock plutôt qu’en mode nomade: certains éléments du décor sont difficilement visibles en effet sur le petit écran de la Switch. Notez aussi que le système de gestion de l’inventaire et les combinaisons des objets trouvés sont assez fastidieux. Sur le plan des dialogues, on n’évite pas l’écueil des multiples réponses souvent inutiles et qui n’ont pas d’incidence sur la suite de l’aventure. Bien qu’un effort sur la mise en scène aurait été bienvenue, on se laisse entraîner par cette vivante aventure et quelques scènes amusantes (la chambre bondage vaut le coup d’œil) qui feront sourire les fans de la série.

Leisure Suit Larry : Wet Dreams Dry Twice est actuellement disponible sur Nintendo Switch, PS4, Xbox One et Steam PC.

VERDICT
5/10

Leisure Suit Larry : Wet Dreams Dry Twice SWITCH

On pourrait se demander si l’éditeur Assemble Entertainment et le développeur CrazyBunch ne sont pas restés bloqués dans les années 80 lorsque l’on joue à Leisure Suite Larry : Wet Dreams Dry Twice. C’est le sentiment qui en ressort en effet après plusieurs heures de jeu sur le titre. Les mécaniques old school manquent d’accessibilité et les actions de navigation dans les différents menus restent fastidieuses. Rien qui facilite un titre déjà particulièrement ardu pour des joueurs curieux et qui s’adressera du coup principalement aux habitués de la série.

On adore…

  • Les décors dessinés plutôt jolis
  • L’humour coquins et nerds des dialogues
  • Une durée de vie longue, soutenue par la difficulté de ses énigmes
  • Une localisation française réussie

On déteste…

  • Une ergonomie à la traîne
  • Une difficulté mal équilibrée
  • Des détails difficilement décelables en mode dock sur Switch
  • Le design graphique discutable
  • Des dialogues certes nombreux mais sans réelle conséquence

Test réalisé sur Nintendo Switch à partir d’une version physique envoyée par le distributeur Koch Media.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.