TEST – Infamous Second Son PS4 : le destin d’un antihéros

INFAMOUS SECOND SON – En quelques mois, la Playstation 4 s’est rapidement imposé auprès de la communauté des joueurs et des « early-adopters » de consoles. Si son intérêt diverge parmi ceux qui l’ont choisi, il n’en reste pas moins que chacun attendait LE jeu incontournable qui les scotcherait sur leur nouvelle console de salon. Et si Infamous Second Son était CE jeu en fait ?

infamous second son

Comme dirait Peter Parker, serait-ce le destin d’un super-héros que de passer du statut d’inconnu à celui de célébrité du jour au lendemain ? Car, à y regarder de plus près, rien ne semblait prédestiner la série Infamous à se retrouver sous les feux de la rampe. Annoncé quelques mois après la sortie de la Playstation 3, trois années de développement ont été nécessaires pour donner naissance au premier épisode « Infamous » : un temps de gestation particulièrement long lié la taille de l’équipe de Brian Fleming à l’origine de ce nouveau projet (60 personnes). Son statut de jeu « AAA » n’était donc pas acquis pour Sucker Punch Studio, d’autant que le voisin Naughty Dog et ses deux premiers épisodes d’Uncharted accaparaient déjà l’attention des joueurs.

infamous second son

C’est donc sans étonnement qu’Infamous premier du nom sorti dans une relative confidentialité en 2009. Pourtant, son arrivée se fit à une période propice à la mouvance « super-héros » : en effet, l’engouement du public pour ces sur-hommes aux pouvoirs dévastateurs n’avait jamais été aussi forte qu’à l’époque, nourri par les succès cinématographiques des dernières adaptations réussies des univers Marvel (Iron Man 2008) et DC Comics (Batman : The Dark Knight 2008). Infamous était également précédé par la réputation de l’autre série à succès de Sucker Punch, Sly Cooper. Le titre innovait par son approche en monde ouvert, ses mécaniques de gameplay hérité de Sly ainsi que le dilemne permanent qu’entretenait le personnage Cole Mc Grath devant choisir entre faire le bien… ou faire le mal !

infamous second son

Impopulaire

Malheureusement pour lui, la coïncidence fit qu’Infamous sortit en quasi simultané avec un autre jeu reprenant en apparence les mêmes caractéristiques : Prototype de l’éditeur Activision. Bien que les deux jeux soient totalement différent dans leur approche, l’un visant le spectaculaire et l’autre l’aspect scénaristique, ce fût Prototype qui se montra plus à son avantage auprès du grand public, plus impressionnant visuellement et multiplateforme, en dépit de son gameplay bourrin et répétitif. Moins tape-à-l-oeil, seuls ceux persévérant dans l’aventure d’Infamous parvinrent à se saisir de l’essence du titre et de son scénario digne d’un comics de super-héros. On pouvait cependant reprocher à Infamous de proposer des graphismes assez ternes et une réalisation perfectible en dépit de son concept jouissif d’incarner un tantôt un super-héros, tantôt un super vilain avec les pouvoirs correspondants.

infamous second son

Sa suite directe, Infamous 2, rectifia le tir côté graphisme avec des environnements plus variés et une tentative de reboot du design du personnage qui suscita la polémique chez les fans : au terme de cette nouvelle schizophrénie pour le personnage, Cole Mc Grath conservera son look ingrat d’origine avec sa boule à zéro. L’histoire se poursuivait avec toujours le personnage du porteur Cole Mc Grath, toujours aussi avide de nouveaux pouvoirs. Peu de changements perceptibles étaient cependant à signaler et on retrouvait les mêmes mécaniques dans l’ensemble que le premier épisode. Ce second volet rencontra par contre davantage de succès avec une communauté de fans acquis à la cause de Cole dans la durée.

infamous second son

(Anti) Héros malgré lui

C’est dire donc si ce troisième volet était attendu. Infamous Second Son a ainsi deux lourdes responsabilités : offrir la première killer-app de la toute jeune console PS4 et satisfaire les fans de la première heure impatient de découvrir le successeur de Cole Mc Grath qui a laissé sa place à Delsin Rowe, jeune « m’en-foutiste » devenu porteur malgré lui au contact d’un porteur tenant de s’évader. L’intrigue se passe ainsi sept années après les tragiques événements de la Nouvelle Orléans et la mort de Cole Mc Grath. Au départ effrayé par son nouveau statut, il apprendra très vite à jouir de ses nouveaux pouvoirs au fur et à mesure de ses rencontres dans la grande Seattle, terrain de jeu principal de cet épisode. A ses côtés, Delsin pourra compter sur le soutien de son frère rabat-joie Reggie, qui l’aidera à ses sortir des mauvaises passes. Comme dans les précédents volets, le joueur évolue dans un monde totalement ouvert, où il est libre de se rendre là où il le souhaite. Dans sa recherche de la vérité sur les origines des porteurs, Delsin devra se débarrasser des escadrons de la D.U.P. en charge de faire régner l’ordre dans les quartiers.

infamous second son

Pour cela, il pourra compter sur ses pouvoirs de fumée au départ. Comme Cole avec l’électricité, Delsin devra chercher toute sorte de points de ravitaillement : fumée s’échappant de cheminées, d’explosion, vapeurs, etc. Il suffira alors d’apputer sur le pavé tactile de la manette DS4 pour absorber la fumée : bien vu ! Trois autres pouvoirs pourront être absorbés par Delsin une fois qu’il aura vaincus leurs porteurs : néon, vidéo et béton. Durant sa longue quête, notre ado au bonnet rouge pourra faire le choix de jouer les bienfaiteurs en arrêtant des trafiquants, en venant en aide aux passants et en réhabilitant des porteurs qui auraient mal tournés. Mais il pourra aussi virer du côté obscur en massacrant tout sur son passage, adversaires comme de simples manifestants anti-porteurs. En plus de nettoyer la ville chaque quartier un à un pour gagner en hégémonie et puissance, Delsin devra s’acquitter de quelques missions de routines comme débusquer des agents secrets D.U.P, trouver des caméras cachés ou des messages audios.

infamous second son

On adore…

Contrairement au premier volet, la première chose qui frappe dans Infamous Second Son, c’est son visuel époustouflant. Le titre n’usurpe pas son statut de jeu next-gen et le prouve dès les premières minutes avec des graphismes époustouflants en 3D temps réel regorgeant de détails, d’effets de lumières. Bref, ça claque. Et il en va de même pour l’animation : Delsin court, virevolte et use de ses pouvoirs à merveille. L’extase vient dès le moment où le joueur bénéficie du pouvoir du néon puisqu’il pourra déambuler dans tout Seattle à la vitesse de la lumière et grimper sur n’importe quelle surface. On se sent alors libre comme l’air ! Aucun jeu n’avait donné une telle impression de liberté et on se prend très vite, tel Spiderman, à dominer la ville depuis un gratte-ciel pour s’offrir le spectacle d’un soleil couchant.

infamous second son

Le titre n’en reste pas moins scénarisé et on suit l’intrigue avec plaisir, entrecoupé de cinématiques particulièrement réussies. L’occasion de s’attacher au duo Delsin / Reggie, finalement assez attachant dans leurs pitreries et jeux de mots vaseux. Le terrain de jeu s’avère assez gigantesque et il vous faudra bien une bonne vingtaine d’heures pour compléter toutes les missions et purifier chaque quartier. Une fois commencé, on a bien du mal à décrocher de la manette, bien exploitée soit dit en passant, car le joueur est sans cesse happer par l’envie de découvrir les possibilités de ses nouveaux pouvoirs et l’envie de voir enfin s’afficher un  0% dans le quartier. Enfin, il est à noter qu’il n’est pas forcément nécessaire d’avoir jouer aux précédents volets pour apprécier Infamous Second Son. On recommandera également de mettre à jour le jeu pour bénéficier de la feature sympathique de prendre des photos de ses exploits. Et on profitera aussi du jeu en mode remote-play sur sa PSVita juste pour le côté geek… avant de vite retourner sur son téléviseur.

infamous second son

Mention spéciale à l’enquête Paper Trail qui apporte une touche interactive innovante avec une enquête sur le web au travers de faux sites web acquis à la cause des porteurs et même un test de depistage afin de savoir si vous êtes porteur du gêne des porteurs !

infamous second son

On déteste…

Ceux qui n’ont pas apprécié les précédents volets d’Infamous et son approche open-world n’apprécieront sans doute pas Infamous Second Son. Sous le joli vernis visuel, les mécaniques de jeu restent sensiblement les mêmes que celles d’Infamous 2, avec des missions annexes à accomplir et exploser le plus de soldats D.U.P. que possible. Il se dégage forcément une impression de routine entre les quartiers : trouver le point central de surveillance, détruire les paraboles, détruire les caméras de surveillance, neutraliser les sentinelles et fourgons D.U.P. avant de pouvoir absorber des noyaux d’énergie et ainsi augmenter ses pouvoirs.

infamous second son

Libre à vous de cependant de poursuivre l’aventure cela dit. Mais ceux qui sont habitués aux jeux en corridor auront un peu plus de mal à s’imprégner de l’univers d’Infamous Second Son encore une fois. Enfin, on aurait peut-être aimer bénéficier d’un système de jeu multijoueurs ou en coopératif pour vivre l’expérience de façon plus intense.

infamous second son

InFamous Second Son tient toutes ses promesses. Magnifique visuellement et offrant une réalisation déjà digne de la PS4, le titre est une véritable démo technique et offre avec brio un joli aperçu des capacités de la console. Ce qui préfigure de bien belles choses pour les jeux à venir sur le support. Même si le concept n’a pas foncièrement évoluer en soi par rapport aux précédents épisodes, le jeu reste addictif et prenant. Sucker Punch nous livre donc une belle prestation pour son arrivée sur PS4 et ça ne peut être que de bonne augure pour la suite.

Note :

Infamous Second Son est disponible actuellement et exclusivement sur console Playstation 4.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.