TEST – Inazuma Eleven 2 DS

INAZUMA ELEVEN 2 – Au côté du célèbre Professeur Layton, la série Inazuma Eleven conçue de toute pièce par l’éditeur Level 5 est devenue avec le temps une valeur sûre sur console. Proposant un système de jeu mêlant RPG, football et animé manga, le titre avait en effet tout pour conquérir le public de petits jeunes ados et visiblement, ça marche !

Cette suite du premier Inazuma Eleven sorti en janvier 2011 chez nous s’inscrit dans la parfaite continuité de son aîné. On retrouvera ainsi tout l’univers de la série au travers de ses personnages charismatiques comme Mark Evans ou Axel Blaze. Ce nouvel épisode, intitulé Inazuma Eleven 2 : Tempête de Feu ou Inazuma Eleven 2 : Tempête de Glace suivant votre version, reprend l’histoire là où elle s’était arrêté à la fin d’Inazuma Eleven premier du nom. L’équipe Raimon avait ainsi à la surprise générale remporté le fameux tournoi interclubs Football Frontier qui réunissait les meilleurs équipes collégiennes de la région. Ce fût également l’épisode de la grande rencontre entre Mark Evans, grand amoureux du foot et gardien hors-pair, ainsi qu’Axel Blaze, véritable prodige du ballon. Inazuma Eleven s’ouvre alors qu’une attaque extra-terrestre survient dans le collège Raimon, dévastant tout sur son passage. Après enquête, Mark et ses amis découvrent que les auteurs de ce désastre sont les joueurs de l’Alius Academy, un mystérieux groupe venu d’ailleurs. Se revendiquant comme la plus puissante équipe de football de la planète, elle se dit prête à en découdre avec toutes les équipes qui s’aviseraient de leur barrer leur passage. Et après une première tentative pour les vaincre se traduisant par un cuisant échec,  Mark, Axel, Jude et tous leurs compagnons décident de parcourir les quatre coins du Japon, en ayant pour objectif de constituer la meilleure équipe pour vaincre l’Alius Academy avec les meilleurs joueurs du Japon. Rien que ça !

La série Inazuma Eleven s’inscrit pleinement dans la veine des séries shônen de sport initié par le pionnier Captain Tsubasa. Que les pro des simulations PES et autre FIFA passent leur chemin : le football n’occupe ici qu’une présence en toile de fond. Même si l’on retrouvera des éléments clés du sport (matchs, processus de recrutement et de transfert), ils ne sont ici que pour desservir l’histoire et la mécanique de jeu. Tout l’intérêt du titre réside en effet sur le suivi des liens qui unissent les différents protagonistes et la collectionite des 1.500 joueurs (!) présents dans le jeu. A l’image de Pokemon, cet épisode est ainsi décliné en deux versions, Tempête de Glace et Tempête de Feu, chacune vous permettant de rencontrer une équipe exclusive constituée de joueurs aux coups spéciaux eux-même exclusifs.

« Coups spéciaux ? » En effet, Inazuma Eleven mise à fond dans le spectaculaire avec ses effets spéciaux tout droit sorti d’un épisode d’Olive et Tom et autre Shaolin Soccer. Ainsi, les matchs se déroulent de façon assez déroutante puisque vos joueurs seront dirigés totalement au stylet via l’écran tactile de la DS. Lorsque deux joueurs se rencontrent, il s’ensuit une confrontation selon que vous soyez attaquant ou défenseur. En phase d’attaque, vous aurez le choix entre tenter de tirer de façon classique vers le but adverse ou bien d’enclencher un de vos coups spéciaux en échange de points d’expérience (évalué en fonction de la force de votre frappe): une fois déclenchée, vous pourrez assister à une séquence gratifiante où votre joueur explosera le ballon dans un déluge d’effets spéciaux du type « Attaque du dragon » et autre « Météorite Flash ».

La phase de défense se déroule de manière quasi similaire, à la différence près que vous devrez soit bloquer, soit tenter un tacle. La réussite de votre coup dépendra alors de la nature de votre joueur et de celui de votre adversaire : suivant le principe du shifumi, votre affinité (arbre, montagne, vent ou feu) sera pris en compte dans la réussite de votre entreprise en plus de l’expérience de chacun. A vous d’adapter le placements de vos joueurs en fonction de votre équipe adverse au moment de la formation de votre équipe et de recruter de façon intelligente vos joueurs selon leurs affinités. Ajoutons aussi la prise en compte du soutien d’un joueur : lorsque deux joueurs d’affinité identique se trouvent côte à côte, votre attaque ou défense s’en trouvera alors renforcé de manière significative.

Nous l’avons vu plus haut : la collectionite est au cœur de cet épisode. Outre les joueurs à dénicher au travers du système de recrutement, de transfert et de pseudo-réseau social, il vous faudra également tenter de trouver tous les coups spéciaux créés pour le jeu ainsi que les différents maillots des joueurs, déblocables uniquement au gré de vos rencontres. Vos joueurs pourront également s’équiper d’items (chaussures, gants, bracelets…) via les boutiques ou grâce aux objets cachés dans les coffres, sans oublier les échanges en ligne avec d’autres joueurs réels. Bref, des heures et des heures vous attendent pour pouvoir espérer rassembler tous les éléments dissimulés par les développeurs de Level 5.

On ne s’y trompera pas en affirmant que la cible d’Inazuma Eleven est résolument celle des jeunes adolescents. Prônant des valeurs aussi nobles que la beauté du jeu, le courage et l’amitié, on nage en plein animé manga. Les séquences animées fort bien réalisées sont là pour en attester et feront plaisir aux fans de la série animée. en fait, ce qu’on pourra regretter, c’est le trop peu de changements entre l’épisode 1 et 2 qui se résument à quelques fonctionnalités supplémentaires, laissant un arrière-goût de simple add-on. Le jeu se montre en outre assez répétitif à la longue avec une difficulté revu largement à la baisse  pour plaire un public le plus large possible : il est possible d’user et d’abuser des coups spéciaux sans que cela n’impacte trop sur vos performances et l’intelligence artificielle se montre très vite limitée (on arrive très vite à marquer à 1000% un but d’un simple lob du gardien). Que dire enfin sur délai de sortie de cet épisode chez nous puisque le titre est sorti au pays du Soleil-Levant il y a maintenant trois ans et qu’on y accueille là-bas déjà le cinquième épisode. On aura beau dire que c’est pour coller avec le rythme de sortie des épisodes animés en français et le temps d’adaptation intégral, textes et voix, en français, on se croirait revenir dix ans en arrière du temps où les localisations en français d’un Final Fantasy prenait deux ans minimum.

Ce nouvel épisode d’Inazuma Eleven s’inscrit dans la logique de la stratégie marketing implacable de Level 5 et Nintendo : celle d’imposer comme pour Pokemon un univers avec l’appui d’une série animée à succès et de valeurs nobles si chères aux familles. Un cocktail redoutable qui fait ici à nouveau ses preuves, soutenu par une réalisation correcte pour une DS qui vit sans doute ses derniers instants devant la montée en puissance de la 3DS ces derniers mois, ainsi qu’un système de jeu accrocheur pour tout ceux qui ont soif de collectionite. Reste que l’intérêt des matchs se montre très vite limité et sans grand intérêt côté jouabilité, et qu’une fois l’aventure bouclée, on n’y reviendra pas pour se lancer dans des parties en ligne entre amis. Les plus jeunes attendront alors le retour de nos héros du ballon dans un prochain épisode, alors que les initiés se demanderont pourquoi ils ont investi dans ce jeu plein pot, si similaire au premier épisode sorti l’année dernière. Mais bon tant pis : c’est tellement bon que pour cette fois, on va dire que ça passe encore. A quand la version 3DS ?

Note :

Laisser un commentaire