Test – Death Come True Switch: l’éphémère papillon

Death Come True

L’auteur de la série déjantée des Danganronpa, Kazutaka Kodaka, s’accorde une pause avec Death Come True : un thriller interactif sur le thème du voyage dans le temps où vos choix sont déterminants dans la poursuite de votre aventure. Retour sur un futur sans fin apparente…

L’aventure démarre alors que vous êtes brusquement réveillé par la sonnerie strident d’un téléphone. Machinalement, votre main décroche le combiné. C’est à ce moment-là que vous vous apercevez être allongé dans le lit d’un hôtel. Comment, quand, pourquoi: autant de questions que vous vous posez qui ne trouvent pas de réponses. Pire, vous n’avez aucun souvenir de qui vous êtes.

Death Come True

Préoccupé par votre amnésie avérée, vous n’aviez même pas prêté attention au brouhaha ambiant du journal diffusée à la télé. Vous vous décidez finalement à explorer la chambre. Spacieuse et richement meublée, le charme désuet qui se dégage de cette pièce semble l’avoir figé dans une époque d’un ancien temps. En ouvrant la porte de la salle de bain, vous découvrez soudain le corps habillé d’une jeune femme, allongée dans une baignoire.

Death Come True

Qui est-elle ? Est-elle morte ou simplement évanouie ? Que fait-elle là ? Autant de nouvelles questions qui se bousculent dans votre tête et qui ne trouvent pas leurs réponses, là aussi. Vous n’êtes pas encore remis de vos émotions que quelqu’un frappe à votre porte avec insistance. Au travers du judas, vous apercevez avec effroi qu’il s’agit d’un agent de police. Cela en est trop pour vous ! Deux choix s’offrent à vous alors: lui ouvrir et risquer de subir un interrogatoire lorsque l’agent découvrira le corps de la jeune femme; ou se cacher précipitamment dans un placard en espérant que l’agent s’en aille. Il appartient à vous de décider de la suite de cette journée qui s’annonce sans fin…

Death Come True

Parfum de re-mort

Sorte de film interactif, Death Come True invite le joueur à suivre une fiction policière dont il est le protagoniste principal. Au fur et à mesure que l’intrigue se déroule, le joueur se voit proposer plusieurs choix qui déterminera la suite de son aventure. À de rares exceptions, l’issue de vos réponses s’avère binaire et c’est l’un des principaux reproches que l’on peut déplorer dans ce titre. Tantôt votre choix est le bon et l’histoire se poursuit; tantôt il mène inexorablement à votre perte et à votre mort. La subtilité étant que la mort n’est pas ici une finalité.

Death Come True

En effet, le concept reposant sur la remontée dans le temps des événements passés, vos erreurs peuvent être gommées autant de fois que le joueur le souhaite, le scénario se poursuivant que si vous validez la réponse attendue. A l’instar d’autres titres similaires comme Erica sorti l’année dernière sur PS4, le dirigisme de ce principe se montre dépassé à l’heure où les jeux vidéo actuels vous offrent une totale liberté. On devine que l’intention des auteurs est de rendre le spectateur maître de sa destinée par ses choix mais c’est l’effet inverse que cela procure ici, surtout chez de vrais joueurs, occasionnant un sentiment de frustration.

Death Come True

Et là, c’est le drame…

Death Come True pourrait être divertissant si le scénario se montrait digne d’intérêt. Raté : on a l’impression de visionner un de ces dramas japonais – et pourtant j’adore ça car il y en a de de très bons! – mal ficelé avec des acteurs qui surjouent. La pauvreté des effets spéciaux tout comme des décors en huis-clos révèle sans l’ombre d’un doute le modeste budget pour mettre en oeuvre le projet. Et lorsque l’on voit apparaître le générique de fin au bout d’un peu moins de deux heures de jeu, on se dit que l’addition est particulièrement salée pour 17,99€.

Death Come True

C’est d’autant plus vrai que la replay-value est faible, le seul intérêt restant du titre d’IzanagiGames étant alors de voir les scènes alternatives et les vidéos making-of dans le DeathTube, une version parodique de Youtube: l’option apparaît en effet une fois le scénario bouclé la première fois. Mais à ce prix-là, autant se louer et savourer un bon film plutôt que de dépenser ses sous dans ce caprice à peine voilé de Kazutaka Kodaka.

Death Come True est actuellement disponible sur Nintendo Switch, iOS et Android (prochainement sur PS4 et Steam). Le titre est téléchargeable sur l’eShop , Apple Store et Google Play.

VERDICT
5/10

JEU - Death Come True Switch

Sans surprise, Death Come True tombe dans le piège de son concept éculé et dépassé. En effet, on ne sait pas trop vers quel public se destine ce type de titre. Pour les joueurs, le dirigisme de son principe ne laisse que peu de place à la surprise de la découverte. Le niveau de re-jouabilité est  quasi-inexistante une fois toutes les scènes alternatives dévoilées: on comprend pourquoi l’auteur souhaitait bannir toute forme de spoil sur son scénario. Pour les curieux et cinéphiles, ils s’en amuseront quelques minutes avant de s’en retourner vers de véritables films plus dignes d’intérêt.

On adore…

  • La curiosité d’un film interactif
  • Mourir pour mieux survivre
  • Le making-of pour découvrir les dessous de fabrication de ce genre de titre
  • la charismatique Chiaki Kuriyama en guest-star (Battle Royal, Kill Bill)

On déteste…

  • Un concept dépassé
  • Deux heures et puis s’en va!
  • Replay-value proche de zéro une fois l’aventure terminée
  • Budget et jeux d’acteurs à l’image de l’intérêt de son scénario: faible
  • 17,99€ : plus cher que de louer un bon film

Test réalisé sur Nintendo Switch à partir d’une version dématérialisée fournie par le distributeur Koch Media

Envoi
User Review
0/10 (0 votes)

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.