TEST – Castlevania : Lords of Shadow PS3

Castlevania : lords of shadow – La sortie d’un jeu estampillé studio Kojima, même en tant que consultant, est toujours un événement. Alors, lorsque l’on évoque le nom de Castlevania, c’est toute la communauté gamers qui est en émoi. Après de nombreux opus sur consoles portables, voilà que nos chasseurs de vampires arrivent sur nos consoles HD…

castlevania : lords of shadow

castlevania : lords of shadowL’arrivée de la HD sur nos consoles a irrémédiablement poussé les développeurs à se tourner vers le tout 3D. Il était donc logique que le retour de Castlevania se fasse sous cette forme. Et pourtant… comme une malédiction sur la famille Belmont, les quelques tentatives de transposer le riche univers de Castlevania en 3D se sont dans la majorité des cas soldées par un échec fracassant. Castlevania 64 : Legacy of Darkness (N64), Castlevania Lament of Innocence (PS2), Castlevania : The Arcade (Arcade) et le piteux versus-fighting Catlevania : The Judgment (Wii) furent tous autant de tentatives infructueuses. Castlevania semblait vouer à rester à jamais ancré dans l’univers 2D, représentation chère aux fans de la série qui plus est depuis ses débuts sur  les consoles 8-bit NES et MSX…

castlevania : lords of shadow

Coup de théâtre lors de l’E3 2009 à la conférence Konami : sous le titre mystérieux Lords of Shadow apparaissant sur une courte cinématique en 3D, on mentionne le nom de Castlevania ! Comble de l’outrage : c’est un studio anglais MercurySteam System qui apparaît au développement, sous la bienveillance de Kojima Productions. C’est la stupeur parmi les fans. Leur série fétiche jusque là chasse gardée des développeurs japonais de Konami cédait aux sirènes de la sous-traitance étrangère, entendait-on. Il fallut de nombreux mois, même au sein des quartiers de Konami, pour reconnaître en Lord of Shadow un nouvel opus de la série Castlevania.

castlevania : lords of shadowMais qu’est-ce qui fait un Castlevania au juste ? La série reprend le combat entre le Bien et le Mal grâce au mythe des vampires. Tous les cent ans, la famille Belmont affronte Dracula, loups garous et ses sbires grâce à des armes rudimentaires mais diablement efficaces : un fouet magique, une hache, une dague, un crucifix, de l’eau bénite. C’est de ces histoires morbides qu’est née la désormais célèbre saga Castlevania. La question légitime est alors : retrouvons-nous tous ces ingrédients dans Lord of Shadow ?

castlevania : lords of shadowLes développeurs MercurySteam étaient conscients qu’ils n’avaient pas le droit à l’erreur, bien que l’exercice se présentait pour le moins périlleux. Dans les faits, la volonté du studio était de proposer quelque chose de spectaculaire, de respecter les bases posées par la série tout en évitant de retomber dans les problèmes liés à la 3D. Côté scénario, pas de surprise : on retrouve Gabriel,  dit Belmont, membre de la confrérie de la Lumière, parti combattre les forces du Mal. Sa motivation est abreuvée par sa soif de vengeance suite à l’assassinat de sa femme, Marie. Tout ceci n’est que prétexte au début d’une longue croisade, en quête de l’être chère perdue. C’est sous l’angle d’un véritable retour au source de la série que Kojima productions a souhaité donner Lords of Shadow, comme le début d’une nouvelle saga… en 3D !

castlevania : lords of shadow

Dès les premiers niveaux, on ne peut que constater que les développeurs n’ont pas cherché à réinventer la poudre et se sont calqués sur les bases posées par les ténors du genre action « à grand spectacle » ( God of War, Bayonetta ou Devil May Cry). Et il n’a pas à en rougir puisque techniquement le jeu tient parfaitement la route, offrant des graphismes dignes des consoles HD. Les personnages sont modélisés avec détails et il faudra zoomer de plus près lors des phases de jeux pour s’apercevoir que certaines textures manquent parfois de reliefs. Les cinématiques renvoient aux films du Seigneur des Anneaux dans leurs mises en scène : des noms prestigieux prêtent par ailleurs leurs voix en anglais aux personnages qui jalonnent l’histoire.

castlevania : lords of shadow

Niveau jouabilité, Belmont se manie bien est bénéficie de nombreuses attaques différentes. Sa montée en puissance se fait progressivement, au fut et à mesure que les reliques sont récupérées et et que les boss gigantesques sont combattues. Personnalisation des armes, nouvelles attaques, magies. A dire vrai, on se sent presque déjà « trop » en terrain connu. On avance, on massacre quelques gobelins dans un secteur, puis s’enchaînent quelques phases de plateformes avant d’arriver à un boss ou à une relique à récupérer. Tout cela sur douze chapitres quand même, chacune découpées en six parties. La durée est assez conséquente bien qu’on ressente une certaine répétitivité dans les actions à réaliser. Si les cinématiques sont plutôt agréables, l’aventure semble entrecoupée en permanence par des chargements entre les zones de jeux. Ce qui fait que le joueur a tôt fait de s’ennuyer en cours de partie. L’ambiance et le scénario rehaussent l’intérêt général mais pas suffisamment. Enfin, on notera la disparition des fameuses cartes Castlevania, pourtant une marque de fabrique, au profit d’une  fausse impression de liberté du joueur, qui pourra atteindre certains points par plusieurs chemins différents.

castlevania : lords of shadow

Castlevania : Lords of Shadow n’est pas une déception. Il est même plutôt réussi et les développeurs de Mercurysteam ont réussi leur pari de livrer une version de Castlevania 3D qui tient enfin la route. On reprochera par contre au jeu son manque d’originalité et  son manque flagrant d’audace ! Plus grave : quid de la fameuse empreinte Castlevania propre à la série qui fait son charme ? Même la carte et le côté  RPG obligeant à jongler entre armes et magies semblent avoir été mis de côté volontairement au profit de l’action pure et dure. Dommage. La concurrence fait rage dans le milieu des jeux d’actions à grand spectacle et il est probable que beaucoup de gens auront oublier ce Castlevania d’ici quelques mois. Le jeu est cela étant plaisant à jouer et plaira aux fans de jeux d’action. Messieurs Mercurysteam, préparez-nous un second opus encore plus fort et creusez-vous les méninges pour nous surprendre davantage, que diable !

Note :

Castlevania : Lords of Shadow est disponible sur Playstation 3 et Xbox 360.

Laisser un commentaire