TEST – Atelier Sophie : The Mystery of the Alchemist Book PS4

Au fur et à mesure des années, la série Atelier s’est faite une petite renommée auprès des amateurs de RPG. Quoi de plus normal donc que de la voir débarquer sur PS4.

Atelier Sophie

Pour ceux découvrant comme moi la série Atelier, il s’agit d’une série de RPG japonais développée par Gust, mêlant exploration, affrontements classiques au tour par tour et alchimie. Dans Atelier Sophie: The Mystery of the Alchemist, on suit les aventures de la jeune apprentie chimiste Sophie. Un beau jour, elle hérite d’un mystérieux grimoire « parlant » du nom de Plachta.

Atelier Sophie

Ce dernier souffrant d’amnésie, il fait un marché avec Sophie: en échange de ses conseils de maître alchimiste, Sophie l’aidera à retrouver sa mémoire. Ceci aura pour conséquence de révéler le mystérieux secret de Pachta: il peut en effet prendre une forme humaine en transférant son esprit grâce à un procédé baptisé Doll Make. Sous cette forme, Pachta aura besoin de toute l’expertise de Sophie pour tenter de sauver le monde ensemble.

Le déroulement d’Atelier Sophie reprend l’archétype du genre RPG japonais. On prend le contrôle de l’héroïne pour partir explorer les recoins de la ville à la recherche d’informations auprès des habitants et faire ainsi avancer l’histoire. Une fois missionné par Plachta d’aller trouver des ingrédients et des recettes, le joueur a accès à une carte où il va aller rechercher ses ingrédients dans les environs. En même temps que la cueillette, elle affrontera avec ses compagnons des monstres et boss en tout genre.

Dynamique, le système de combat est simplifié au maximum: attaque, défense, coup spécial et utilisation d’objets. L’action choisie influe alors sur le tour de jeu et la rapidité d’intervention. En outre, les combats intègrent un système d’enchaînements: plus  le nombre d’actions des combattants sera élevé, plus la puissance et le degré critique de l’attaque seront élevés. Il faut cependant veiller aux cycles Jour / Nuit qui peuvent influencer le déroulé des combats, les monstres étant plus fréquents et plus résistants de nuit.

Atelier Sophie

En dehors des phases d’exploration et des rencontres renforçant votre équipe, le joueur passe la moitié de son temps à concocter des potions. L’élaboration des recettes est assez particulière: une fois qu’on s’est assuré d’avoir rassemblé les ingrédients nécessaires, on accède au chaudron qui prend la forme d’un damier. Le but est alors d’imbriquer des formes façon Tetris et de réaliser des combinaisons de couleurs. De cette manière, cela provoque des effets de synthèse permettant d’accéder à de nouvelles potions. Un processus assez complexe où il faut également compter sur la taille des chaudrons qui vous feront accéder à des recettes plus gourmandes mais aussi plus puissantes.

Atelier Sophie

Bien que la série compte de nombreux opus, j’ai été surpris par la réalisation d’Atelier Sophie: The Mystery of The Alchemist Book qu’on croirait venu d’un autre âge. Indigne d’une PS4, on a l’impression de se retrouver face à un jeu arborant un moteur 3D tournant sur Playstation 2 mais à qui l’on aurait gratifié de jolies textures en haute définition pour sauver les apparences. On a réellement peine à voir ces PNJ se déplacer avec si peu de naturel. Inutile de compter sur les décors pour rattraper cette mauvaise impression, ceux-ci étant vides et sans véritable inspiration. Le passage à la next-gen sur PS4 s’est visiblement fait dans la précipitation et à l’économie chez Gust, malgré le joli chara-design et l’envie de découvrir de nouvelles recettes. Les combats sont vivants, ce qui est plaisant, mais se montrent très vite répétitifs. Un sentiment qui s’accentue par la faible variété des ennemis croisés. Mieux vaut donc attendre le prochain volet déjà annoncé sur PS4, Atelier Firis, qui aura fort à faire pour rattraper cette erreur de parcours.

On a

Laisser un commentaire