TEST – Astro Bot Rescue Mission PS4 : le jeu VR par excellence

Astro Bot Rescue Mission

Ce n’est peut-être pas celui que l’on attendait et pourtant, Astro Bot Rescue Mission se révèle été l’ambassadeur de choix du casque PlayStation VR. Un must tout simplement.

Autant vous le dire tout de suite: avant d’avoir découvert Astro Bot Rescue Mission, j’avais été sceptique sur la précédente production du studio japonais ASOBI, The Playroom. Bien sûr, le titre avait pour vocation d’être une vitrine technique au lancement du casque Playstation VR afin d’en vanter ses possibilités. Mais c’est surtout l’univers imaginé peuplé d’innombrables petits robots à tête de PSVR qui m’avait rebuté: ces derniers avaient la fâcheuse habitude de pousser des petits sons électroniques qui tapaient sur le système. C’était d’autant plus insupportable qu’il vous fallait vous les coltiner le casque vissé sur la tête. Une expérience traumatisante qui ne me rassurait pas à l’abord de ce test d’Astro Bot. Bien m’en a pris pourtant car le jeu s’avère en fait excellent. C’est bien simple: de tous les jeux PSVR que j’ai pu découvrir jusqu’à présent, il s’agit du plus abouti tant d’un point de vue du gameplay que d’un point de vue immersif.

Astro Bot Rescue Mission

Astro Bot Rescue Mission est un jeu de plateforme des plus classiques en soi. Le joueur doit parcourir l’espace pour récupérer les pièces d’un vaisseau spatial éparpillés sur cinq planètes. Chacune d’entre elles est découpée en quatre zone à thème et compte aussi un boss de fin de niveau à vaincre. On dirige notre petit compagnon Astro Bot en vue à la troisième personne à l’aide de la manette Dualshock 4. Astro Bot peut sauter et frapper ses ennemis ainsi que stationner en l’air temporairement à l’aide de ses rétro-fusées. A mi-parcours, il apprendra à déclencher une attaque chargée tourbillonnante. Rien de transcendant entre soi mais il le fait particulièrement bien. Les commandes sont simples et intuitives, Astro Bot réagissant au doigt et à l’œil. Je regrette juste une certaine inertie lors de certains passages délicats.

Astro Bot Rescue Mission

Là où le titre se démarque, c’est par la diversité des univers abordés et l’hommage qui en est rendu aux différents genres représentés en jeu vidéo. Espace, jungle, fonds marins, cimetière, grotte, plage, volcan en feu, temple ninja: tout y passe. Chaque univers offre une façon de jouer différente, montrant différents usages de la manette parfois insoupçonnés. Grâce à la réalité virtuelle, Astro Bot démontre qu’il est possible de jouer en collaboratif de façon poussée. Car le joueur est le véritable deuxième homme du jeu.

Astro Bot Rescue Mission

En effet, le joueur est sollicité tout du long pour activer un accessoire ou une arme nécessaire à la progression d’Astro Bot. Un grappin permettra d’accrocher des plateformes ou d’éliminer des monstres; une lance à eau à remplir des bassins; des shurikens à découper des fils ou à servir de supports à Astro Bot pour atteindre des lieux inaccessibles autrement; une mitraillette éliminera tout ce qui croisera votre chemin; la lumière en sortie de votre manette Dualshock servira aussi à faire apparaître des êtres ou objets invisibles.

Astro Bot Rescue Mission

En plus de proposer une réalisation hors pair et très arcade, tout fan de jeu vidéo appréciera les multiples clins d’œil d’Astro Bot à d’autres célèbres productions. On devine que la source principale d’inspiration des développeurs n’est autre que Super Mario Galaxy et même l’oeuvre du maître Shigeru Miyamoto dans son ensemble. Le voyage de planète en planète avec leurs thématiques s’en inspire de façon évidente. On croise ainsi un lointain cousin de Donkey Kong en guise de boss. Les ennemis ont des airs de goombas mécanisés tout comme les chenilles, boulets de canon et autre blobs qu’on jugerait sortis d’un épisode du plombier italien. Le canon à eau semble lui aussi échappé de Super Mario Sunshine.

Astro Bot Rescue Mission

Il ne s’agit pas pour autant d’un copier coller car les univers offrent une véritable identité avec leurs propres mécanismes. Les derniers niveaux sont des trésors d’ingéniosité et pourraient être des cas d’école. J’ai adoré les boss que sont l’araignée aux airs de The Legend of Zelda 64: Ocarina of Time, le requin hilare des Dents de la Mer et l’ultime boss façon alien du troisième type. Le sens du détail se retrouve aussi dans la quête aux robots cachés dans les niveaux : ces petits êtres chétifs vous serviront à débloquer les niveaux suivants. Pendant toute sa recherche, le joueur est ainsi invité à mettre en exergue à la fois son acuité visuelle, son acuité auditive et sa dextérité pour les dénicher.

Astro Bot Rescue Mission

Après avoir bouclé le mode histoire au bout de 6-8 heures, le plaisir pourra se prolonger au travers de la vingtaine de défis déblocables en retrouvant les caméléons invisibles dans les niveaux. En guise de bonus, un petit jeu de pince vous permettra de collectionner des dioramas pour flâner avec votre Astro Bot dans différents univers. On regrettera pour le coup l’absence d’un véritable mode multijoueurs en coopération en plus de cette expérience solo immersive, ce qui aurait permis au titre de tutoyer la perfection en matière de jeu VR.

Astro Bot Rescue Mission est disponible exclusivement sur console Playstation 4 et nécessite l’accessoire PlayStation VR.

VERDICT
8/10

JEU - Astro Bot Rescue Mission PS4

Le studio japonais ASOBI a accouché non pas d’une souris mais d’un petit bijou en matière de plateforme sur Playstation VR. Astro Bot Rescue Mission présente une large palette des possibilités offertes par l’accessoire au travers de son gameplay arcade, appuyé par une réalisation qui fait honneur à la machine. Le porte étendard du PSVR pr excellence.

On adore…

  • L’une des meilleurs réalisations vues sur PSVR
  • Un vrai jeu de plateforme
  • Le gameplay en réalité virtuelle savamment pensé, offrant complémentarité et variété en expériences de jeu
  • Les multiples clins d’œil à l’univers du jeu vidéo
  • Accessibilité immédiate

On déteste…

  • Pas mal d’inertie lorsqu’on est dans le feu de l’action
  • Pas d’option multijoueurs en coopération
  • L’univers « bilibilip » peut taper sur le système à la longue…

Test réalisé à partir d’une version dématérialisée

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.