Sur Mon Screen – Yesterday Origins Switch

Reconnu pour sa série de jeu d’aventure Runaway, Pendulo Studios revient aux affaires avec Yesterday Origins,  un jeu d’aventure dans la même veine  disponible à présent sur Nintendo Switch.

Yesterday Origins header

Yesterday Origins vous met dans la peau d’un duo de personnages pour le moins… atypique. John Yesterday tout d’abord : alors qu’il était emprisonné pour délit de sorcellerie dans une prison espagnole au XVème siècle, on le fait s’échapper et lui fait subir un rituel le rendant immortel. Seule ombre au tableau: il perd la mémoire à chaque fois qu’il meure. Ou presque puisque des bribes lui apparaissent sous forme de flashs. Le jeu démarre alors à notre époque. John vit avec Pauline, elle aussi immortelle à la différence qu’elle se souvient de tout ce qui précède chacun de ses décès. Tous deux n’ont qu’un objectif : retrouver comment reproduire ce mystérieux rituel pour que John puisse lui aussi récupérer ses souvenirs.

runaway

J’ai toujours adoré le genre point and click. Des stigmates qui remontent à l’époque de l’Amiga et de ses jeux d’aventure développés par les LucasArts, Delphine Software, Cocktail Vision & co. The Secret of the Monkey Island, Indiana Jones, Days of the Tentacle, Full Throttle, Croisière pour une cadavre, Operation Stealth, Gobliiins : autant de titres d’anthologie de l’époque qui vous transportaient complètement ailleurs. Au fil du temps, l’aspect graphique 3D et sonore ont pris le pas au détriment de l’aspect textuel. Les vertus de ces jeux étaient pourtant évidentes puisqu’ils demandaient sens de l’observation et une bonne dose de logique (et puis on pouvait se justifier auprès de ses parents de progresser en lecture par ce moyen !). J’avoue être totalement nul côté logique et bien souvent, je passe des heures à rechercher l’évidence même qui se trouve toujours sous mon nez. (stress time)

Yesterday Origins

Le dernier titre des espagnoles de Pendulo Studios renoue avec cet esprit aussi hérité des Chevaliers de Baphomet. Entièrement à base d’écrans fixes et de cinématiques comme à l’ancienne, le principe du jeu vous demande d’explorer le moindre des recoins en alternance avec John ou Pauline. Comme dans la série Runaway, il faut rechercher les objets dans les décors et les combiner entre eux pour progresser. Nos protagonistes doivent également discuter avec les autres PNJ pour déceler de nouveaux éléments précieux. Un aspect que je négligeais était je n’observais jamais physiquement les objets ramassés sous toutes les coutures ainsi que les personnages que l’on rencontre, qui révèlent des éléments indispensables dans votre aventure.

Yesterday Origins

La complexité du jeu réside dans la bonne combinaison des éléments devant déclencher des événements sur lesquels il vous faut interagir dans un laps de temps limité. Il faut avoir l’œil tout en gardant un esprit logique, ce qui est loin d’être évident. D’autant que même la logique se montre aux abonnés absents sur certaines énigmes, ce qui a le don d’être terriblement frustrant : cela m’a valu à plusieurs reprises d’aller fouiner sur le net pour trouver une solution qui ne me serait jamais venu à l’esprit. Un manque d’intuitivité par moment qui je vous l’assure n’est pas de mon propre fait mais à un véritable souci dans l’enchevêtrement de certains problèmes posés.

Yesterday Origins

Dans l’ensemble, j’ai trouvé les décors de Yesterday Origins plutôt réussis. Ce qui l’est moins, c’est le design singulier des personnages qui ne plaira pas à tout le monde. Les développeurs ont voulu garder l’esprit BD de Runaway mais c’est loin d’être une réussite, les modèles 3D et leur textures nous ramenant dix ans en arrière. Il ne faut donc pas s’arrêter sur l’aspect graphique pour persévérer sur Yesterday Origins car le jeu a comme atout celui d’une histoire plutôt bien ficelée et de dialogues humoristiques, voire un peu trop potaches. La version nomade Nintendo Switch se prête totalement à ce style de jeu où l’on peut revenir régulièrement après avoir dégoté la solution à une énigme. Je regrette cependant que l’adaptation n’ait pas profité du support pour tirer parti de la console, ne serait-ce que de pouvoir accéder via l’écran tactile aux différents élément de son inventaire. Les temps de chargement manquent d’optimisation et sont particulièrement longs. Bref, pas de nouveautés notables puisqu’il s’agit ni plus ni moins que du même contenu déjà sorti à sa première sortie en 2016 : rien qui ne justifie de repasser à la caisse si vous aviez déjà bouclé l’aventure précédemment sur un autre support.

Yesterday Origins est actuellement disponible sur Nintendo Switch et est déjà sorti sur PS4, Xbox One, PC, Mac et iPad.

Laisser un commentaire

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.