TEST – Sine Mora Xbox Live

Que diriez-vous de vous laisser aller au plaisir d’un bon petit shoot ? Pas un de ces shoots bien  bourrins mais de ceux où il faut jouer avec classe et subtilité, ceux qui sont dignes de figurer au panthéon des schmups aux côtés des Ikaruga, Radian Silvergun et autre Espaluga. Car ce Sine Mora fait partie de cette veine où la persévérance et la rigueur finissent par payer un jour…

 

Quand j’ai posé la toute première fois mes yeux sur Sine Mora et ses fonds marins, je me suis rappelé avec émotion ses longues heures passées sur Blood Money, un magnifique shoot de Psygnosis sur Amiga. On y contrôlait deux sous-marins et il était d’évoluer dans les profondeurs suivant un scrolling horizontal 2D. Dans Sine Mora, point de sous-marins mais plutôt des avions de combats d’avant-guerre contrôlés par des animaux. Un peu comme si Starfox rencontrait l’univers de Crimson Skies en somme.

Proposant une jouabilité en 2,5D comme il est de tendance désormais, le jeu offre un rendu visuel magnifique en 3D tout en proposant un déroulement en scrolling horizontal 2D des plus classique. Mais un jeu estampillé Grasshoper en collaboration avec le studio Digital Reality ne pouvait pas n’être qu’un simple shoot et c’est bien le cas. Au travers de son mode histoire sur fond de révolution, le titre nous fait traverser des environnements étonnamment riches et proposant un croisement étrange entre machineries industrielles et faunes abyssales. La variété des ennemis rencontrés, volants et terrestres, ne laisse jamais la place à l’ennui si bien qu’on est presque surpris de se retrouver en face du boss, les niveaux étant relativement courts. Un temps de jeu cela étant suffisant pour apprécier comme il se doit la bande son signé Akira Yamaoka, compositeur illustre des premiers épisodes de la série Silent Hill.

N’allez surtout pas croire que le jeu soit simple pour autant : j’ai vraiment lutté pour venir à bout des huit stages en mode Histoire et il vous faudra une bonne soirée et pas mal de crédits pour en venir à bout. Mais là où Sine Mora sort du lot, c’est par sa jouabilité bien pensé. Oh, pas une révolution bien sûr puisqu’il est toujours question de tiré sur tout ce qui bouge, de ramasser des bonus, armes et super attaques tutti-quanti. Non, on parlera ici plutôt des pouvoirs comme le ralentissement du temps façon « bullet time de chez Max Payne », le temps de se sortir d’un mauvais pas. Autre pouvoir : la possibilité de revenir en arrière dans le temps : toujours pratique quand on reçoit un tir malencontreux…

On parlera enfin de la gestion du temps qui joue ici un rôle primordial puisqu’à chaque char ou artilleur terrestre éliminé on vous attribuera quelques précieuses secondes supplémentaires pour tenter de terminer le niveau. Voilà qui vient ajouter du stress dans vos parties ! Notons enfin, qu’en parallèle du mode Histoire, vous pouvez accéder au mode Arcade où il vous sera alors possible de choisir votre avion de chasse ainsi que votre armement, pour la plus grande joie des « game-scorers ».

Sine Mora démontre à nouveau à quel point le Xbox Live sait être digne d’intérêt pour les joueurs avec des titres de qualité. On ne peut que se réjouir que de voir pareille production proposer à un prix attractif (1200 MS Points) et dont la qualité rivalise allègrement avec la plupart des jeux sortant en version physique. On ne peut que se réjouir de la réussite d’une production euro-japonaise qui montre qu’un développement bien pensé peut aboutir sur de bonnes choses. Un grand bravo à Digital Reality et à Grasshoper pour être parvenu à nous pondre ce joli bijou qu’est Sine Mora.

Sine Mora est disponible exclusivement sur Xbox Live pour 1.200 MS points.

Note :

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.