Nouvel An Chinois : L’Année du Dragon en jeu vidéo – épisode 1

Comme la tradition chinoise le veut, ce lundi 23 janvier 2012 signe notre entrée officielle dans une nouvelle année selon le calendrier chinois. Après une année du lapin plutôt mollassonne, place désormais au flamboyant dragon ! Pour ceux qui ne comprendraient rien à ces histoires zodiacales chinois, je ne peux que vous renvoyer aux petites explications faites les années précédentes.

 

Selon les croyances chinoises, le dragon symbolise la puissance, la pugnacité et l’agressivité. Des traits dominants qui en font l’animal légendaire le plus représenté et le plus apprécié au monde et qui plus est, dans le jeu vidéo.

Dragon, envole-toi !

Comment dissocier le dragon de l’élément de l’air ? Notre imaginaire a de tout temps été lié à cette envie de pouvoir chevaucher un dragon. Bien apprivoisé, l’animal nous servirait de monture et nous permettrait alors de fendre le ciel comme on fendrait le vent à cheval. Un doux rêve que les créateurs de jeu vidéo n’ont eu de cesse de rendre possible de façon virtuelle.

Dans les shoot-them-up Dragon Spirit (Namco – 1987) et sa suite Dragon Saber (Namco – 1990), vous partirez à la rescousse d’une princesse enlevée à dos de dragon en vue de dessus. Dragon Breed (Irem – 1989) nous placera lui aussi dans un  shoot-them-up 2D en vue de côté cette fois-ci : avec son corps amovible, votre dragon vous servira aussi bien de bouclier que d’arme destructrice. Il vous sera également possible de descendre de votre destrier volant pour évoluer à pied, doublant ainsi votre puissance destructrice.

Un principe qui sera repris par Saint Dragon (Jaleco – 1989) mais sans les phases à pied : il s’agira cette fois-ci de contrôler un dragon cybernétique capable d’upgrader les armes au moyen des armes ramassées tout au long des niveaux traversés. Gradius, m’entends-tu…

Mais c’est véritablement avec le titre Panzer Dragoon (Sega – 1995) sur la console Sega Saturn que le joueur accèdera enfin aux véritables sensations procurées par l’envol d’un dragon. Comment décrire l’extase d’une chevauchée dragonesque, tout en faufilade dans des canyons gigantesques ou en survol au-dessus d’un océan sans fin ? Un titre magique qui connaitra plusieurs suites toutes aussi réussies.

Plusieurs années plus tard, l’éditeur Squaresoft nous embarque de nouveau à dos de dragon avec Drakengard (Cavia – 2003).

Dans la peau d’un chevalier, vous évoluerez à pied pour vous défaire de vos ennemis mais surtout embraser des armées entières une fois sur votre monture volante. Un titre qui n’ait pas sans rappeler Dynasty Warrior pour ses combats un brins répétitifs mais qui brille par sa difficulté (à cause notamment des mouvements de caméras chaotique lors des phases de vol) et son côté stratégique pour vaincre vos ennemis. Le jeu bénéficiera d’une suite, Drakengard 2, qui n’aura pourtant pas le charme du premier.

Un véritable simulateur de chevauchée de dragon en soi dont le principe sera ensuite repris par Lair (Factor 5 – 2007) : ici, les sensations de vol se voient décuplées par l’utilisation de la fonction gyroscopique de la manette Sixaxis de la console Playstation 3. Le titre s’avérait particulièrement impressionnant manette en main puisqu’il s’agissait d’un des premiers titres de la Playstation 3. Il était par contre truffé de problèmes de contrôles au moment de sa sortie, qui ne fûrent arrangés que bien après sa sortie avec des patchs. Il était également dommage que le titre n’ait pas pu bénéficier de la fonction vibrante du Dualshock 3 dès sa sortie (Sony ayant fait l’impasse sur cette fonctionnalité pour la Sixaxis, avant de revenir sur sa décision peu de temps après).

 La suite…. demain ! 🙂

Laisser un commentaire

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.