TEST – Mario Kart 7 3DS

Si Link fête cette année ses 25 ans, cette année 2011 aura signé le grand retour de notre plombier italien préféré made in Nintendo. Nouvelle console oblige, quoi de mieux que de voir revenir le père Mario comme ambassadeur de la 3DS avec les deux titres qui l’ont révélé au monde entier : Super Mario Bros et Mario Kart.

Super Mario Kart, Mario Kart 64, Mario Kart Super Circuit GBA, Mario Kart: Double Dash ! GC, Mario Kart DS, Mario Kart Wii et désormais Mario Kart 7. Pas une machine de Nintendo n’aura manqué le rendez-vous karting de notre ami plombier. Un rendez-vous devenu incontournable depuis presque 20 ans et qui est souvent synonyme de best-seller pour Nintendo. Une valeur sûre qui s’est forgée avec le temps grâce à une alchimie magique mélangeant, fun, convivialité et compétition.

Pimp my kart

Spécialement conçue pour la console 3DS, ce nouveau Mario Kart ne dérogera pas à la règle. Si dans la forme le principe du jeu n’a pas changé d’un iota, plusieurs ajouts ont néanmoins été apportées par les développeurs. 3DS oblige, le jeu offre désormais une impression de profondeur particulièrement bien rendue. Ajoutons la possibilité de personnaliser son véhicule avec différents éléments à débloquer au fur et à mesure de vos courses. Ne vous attendez cependant pas à faire du Pimp my Ride pour autant: les trois choix proposés se résument au type d’engin, au type de pneus et… au type d’aileron de votre deltaplane !

NEO RETRO

Car, oui, Mario Kart 3Ds vous proposera de vous envoler dans les airs de façon plus maîtriser qu’un simple lancer de boulet de canon. De même, des portions de circuits vous emmèneront dans les eaux sous-marines. Résultat: tomber dans l’eau ne signera plus comme avant directement votre mort, ouf ! Au nombre de 32, les circuits sont pour moitiés totalement originaux et jouissent d’un level design vraiment sympas. De même, la sélection des circuits concentrent un véritable best-of des circuits issus majoritairement des épisodes SNES, N64, Gamecube et Wii. Pour le coup, ils profitent tous d’un ravalement de facade bienvenue, intégrant les nouveaux éléments de gameplay comme des tremplins pour s’envoler. Quel plaisir de pouvoir parcourir le mythique mythique premier  circuit Luigi 64 ou le circuit arc-en-ciel de Super Mario Kart, bande son incluse.

Lucky 7

Le système de jeu s’avère quant à lui toujours aussi efficace avec son lot de bonus et malus. J’ai même eu l’impression que le malus « encre de poulpe » était enfin bien gênant pour ses adversaires. Deux nouveaux bonus ont fait leur apparition: la queue du tanuki, très efficace pour se débarrasser de ses adversaires kart contre kart, et le « 7 » qui vous octroie directement tous les bonus existants ! A vous de les utiliser à bon escient. Le jeu se montre en tout cas véloce en terme d’animation, puisque tant en 2D qu’en 3D, aucun ralentissement n’a été déploré durant mes parties de jeu. Une prouesse qu’il faut sans doute attribuer à une diminution de la vitesse du jeu par rapport aux précédents épisodes de la saga. Du coup, le jeu s’avère particulièrement facile à compléter en mode championnat 50cc et 100cc… pour n’avoir un intérêt véritable qu’à partir du 150cc.

I’m the king of the world !

Mais l’attrait de cette version portable réside dans son mode en ligne Internet. Nintendo semble avoir amélioré les choses puisque l’on peut enfin jouer avec le monde entier et accéder à des parties d’amis en cours à tout moment. Reste qu’il est toujours impossible d’ajouter directement des amis rencontrés par hasard si on ne connaît pas son code ami. Voilà qui reste encore regrettable et profondément archaïque reconnaissez-le. Mis à part ce point fâcheux, on s’éclate vraiment à enfin pouvoir affronter les meilleurs joueurs, jusqu’à 8 adversaires en simultanée, quelque soit le mode de jeu proposé. Ajoutons enfin, l’utilisation bienvenue du StreetPass pour obtenir des fantômes et l’accès à des compétitions communautaires. Petit bonus: la possibilité de jouer en vue à la première personne en utilisant la fonction gyroscopique de la console: marrant un temps mais très vite oublié pour revenir à la vue classique, bien plus praticable.

Malgré ses sept épisodes, l’alchimie opère toujours. Mario Kart 3Ds n’a pas raté son rendez-vous et c’est tant mieux. Jeu que j’attendais impatiemment en cette fin d’année faste en sorties de jeux vidéo, je n’ai pas été déçu. Terriblement efficace et addictif, il m’a été bien difficile de décrocher du titre même après une bonne dizaine d’heures de jeu. Si le mode solo ne vous donnera de fil à retordre sur les deux premiers grands prix, le mode en ligne profite lui d’une durée de vie infinie ! Cet opus est tout bonnement excellent et figure d’ores et déjà dans les incontournables de la 3DS. Ne cherchez plus: c’est le titre qui vous fera craqué pour la console assurément !

Mario Kart 3Ds est actuellement disponible exclusivement sur console Nintendo 3DS.

Note :

Laisser un commentaire