Lumière sur… Metal Gear Solid 3D Snake Eater [GameStop]

A l’occasion d’une présentation des présentations des nouveautés Nintendo 2011 – 2012, il m’a été possible de découvrir bon nombres de titres qui vont faire l’actualité dans les prochains mois chez l’éditeur japonais.

Commençons sans plus tarder par Metal Gear Solid 3D Snake Eater. Le titre avait été annoncé dès l’annonce de sortie de la 3DS. Une courte démo avait même été présentée lors du salon E3. Comme son titre l’indique, il s’agit de l’adaptation de Metal Gear Solid 3 : Snake Eater sorti en 2004 sur Playstation 2 et vendu à plus de 4 millions d’exemplaires dans le monde. Le jeu s’était démarqué tout d’abord d’un point de vue scénaristique: on incarnait non plus Snake comme dans les deux précédents épisodes mais Naked Snake, jeune soldat d’élite de l’unité Fox, en pleine période de Guerre Froide. Il vous fallait désormais compter sur un nouvel environnement : la jungle et sa terrible faune. Son créateur Hideo Kojima avait ainsi voulu introduire une nouvelle donnée en plus de l’infiltration : votre capacité à vous fondre dans le décor avec des techniques inédites de camouflage. Un prologue à la série donc qui pose les bases de la trame de la série.

Si la démo aperçu lors de l’E3 impressionnait par le rendu 3D et sa fidélité à la version Playstation 2, l’aperçu jouable qui m’a été donné d’essayer était tout autre. D’un point de vue graphique, pas d’amélioration notable: le jeu se montre fidèle à l’original et on retrouve la luxuriance de la végétation, ses marais, ses crocodiles et Naked Snake. La jouabilité tire profit de l’écran tactile (notamment pour l’inventaire du matériel et de son équipement) et des capacités de gyroscopie de la console (pour traverser un pont ou grimper aux arbres par exemple, il faudra incliner la console). Par contre, les transitions entre les zones restent présentes comme dans le jeu d’origine : un peu dommage vu que l’on est sur un support cartouche et qu’on aurait pu s’en passer au profit d’un espace plus vaste et moins confiné. En l’état, on a toujours cette impression de lourdeur : un chargement puis faire 4-5 pas puis re-chargement pour la map suivante et ainsi de suite.

Mais la plus grosse déception vient de la fluidité globale de l’animation : le titre pâtit en effet de nombreux ralentissements et saccades, notamment lors des cinématiques, tant en 3D qu’en 2D. Un constat inexplicable alors que la démo de l’E3 ne laissait augurer à aucun moment ce vice technique. Bref, on espère que les équipes de Konami rectifieront ce « détail » avant sa sortie prévue pour l’hiver prochain. Il reste encore du temps et une formidable occasion de découvrir ce grand classique du jeu vidéo ! Et pour ceux qui n’ont pas de 3DS, qu’ils se rassurent : le jeu débarque prochainement dans une nouvelle version HD sur Playstation 3.

Laisser un commentaire