Games Convention Asia: Le TGS de l’ombre [GameStop]

Si de renommée, le Tokyo Game Show est LE plus grand salon du jeu vidéo de toute l’Asie, il ne faut pas oublier qu’il existe d’autres événements sur le même créneau en Asie. Parmi ceux-là, se
dresse la Games convention Asia qui s’est déroulé la semaine dernière à Singapour. Direction ce salon bien moins connu chez nous en Occident mais pas moins fréquenté pour autant.



Le Tokyo Game Show qui ouvre ses portes aujourd’hui est une énorme machine: pour preuve,
elle aura drainé l’an dernier plus de 194.288 visiteurs dans ses allées. Devant le succès rencontré par le jeu vidéo auprès du grand public ces dernières années, d’autres salons ont
progressivement fait leur apparition en Asie. L’un des plus remarqué est le Games Convention Asia: ce salon qui s’est tenu à Singapour durant quatre jours a enregistré près de 102.500 visiteurs.
C’est certes deux fois moins que le TGS. Maintenant prenez la population de Tokyo (12.7 millions), celle de l’île Singapour (4.7 millions) et comparez: on obtient alors un rapport pour le Japon
de 0.0015% de la population de Tokyo présents au TGS contre…2.18% de la population de Singapour au GCA! En supposant qu’un cinquième des visiteurs du TGS sont des étrangers, on arrive à des
échelles de grandeurs tout simplement énormes! Singapour et plus généralement la Chine se révèle plus que jamais comme un énorme vivier en matière de joueurs potentiels!


Prenant place au sein du Suntec Center, le GCA se présente comme une sorte de grande
foire où il vous ait possible d’acheter des jeux et des goodies comme de pouvoir tester des nouveautés à venir. Chose plutôt rare: l’entrée y est totalement gratuite. Un choix des organisateurs
qui de leur propre aveux est totalement assumé: leur volonté d’adapter le salon à la culture local. En Chine, il est de coutume de se rendre quelque part et d’y acheter quelque chose pour
repartir avec en souvenir. Il fallait plus que l’expérience que ressent un joueur en venant sur un tel salon: la possibilité de pouvoir repartir avec un jeu chez soi par n’importe quel moyen.



Ainsi, on pourra retrouver quelques éditeurs comme Electronic Arts venu pour promouvoir
son dernier Rock Band: Beatles ou nintendo par l’intermédiaire de son revendeur local. A vrai dire, Sony et Nintendo n’étaient présents que dans la section Business du salon. « Nous espérons faire
un peu mieux l’année prochaine, une fois la crise passée » annonce Jorg Zeissig du Leipziger Messe International. Car derrière cette machine, on retrouve l’organisme à qui l’on doit le célèbre
Gamescom de Leipzig déporté désormais à Cologne.


Comme tout salon qui se respecte, des animations sont organisées sur place comme des
tournois régionaux sur des jeux en ligne: cette année a été lancé le la One Asia cup en partenariat avec EA Sport sur le jeu FIFA, où les dotations s’élèvenet à plus de 100.000$ en cash et lot:
de quoi motiver bon nombre de joueurs! On retrouvera également des concours de cosplay.



Le salon a pour ambition de devenir une véritable plateforme en terme d’échanges professionnels sur le marché du jeu vidéo, qu’ils soient distributeurs ou développeurs programmeurs. Contrairement
au TGS finalement surtout destiné au public japonais, le GCA  pourra compter à terme sur la participation de ses voisins territoriaux directs comme l’Indonésie ou la Malaisie mais aussi la
Chine, la Corée et l’Australie. Nul doute que l’on devra comtper sur ce salon dans les prochaines années avec l’arrivée de nombreux autres éditeurs.

(source Kotaku.com)