DEBALLAGE – WAREHOUSE 51 : la chasse aux reliques

Devenir propriétaire du légendaire calice du Saint Graal ou des Bottes de Sept Lieues ? Rien de plus facile dans Warehouse 51: il suffit de les acheter!

Warehouse 51

Funforge, éditeur français qui s’est fait une place depuis plusieurs années dans l’univers des jeux de société, remet au goût du jour la vente aux enchères avec Warehouse 51 que je vous propose de découvrir sur ce unboxing. Dans cette version modernisée imaginée par Bruno Faudutti, Sergio Halaban et André Zatz, les joueurs se retrouvent en 2038, dans la peau de milliardaires, avides de richesses en tout genre, venant d’apprendre une nouvelle aussi incroyable qu’improbable: la mise en faillite pure et simple des Etats-Unis! Et le seul moyen de renflouer ses caisses pour le gouvernement américain, c’est de mettre en ventes ses trésors cachés les plus secrets. Une aubaine pour nos hommes et femmes d’affaires prêts à tout pour acquérir ces reliques mythologiques et ainsi prétendre au titre de plus grand collectionneur au monde.

Warehouse 51

Dans Warehouse 51, chaque joueur se voit remettre des lingots d’or représentant sa fortune ainsi qu’une plaque de jeu. Sur celle-ci sont représentées les listes des reliques à acquérir en fonction de leur valeur faciale, de 1 à 3. Réparties en quatre catégories (Littérature et légendes occidentales, Mythologies européennes, Proche et Moyen-Orient, Extrême Orient), les précieux objets tirent leurs origines des croyances et contes populaires, à l’image de la Lampe d’Aladin, la Toison d’Or ou l’épée Excalibur, tous étant représentés sous forme de cartes aux illustrations évocatrices.

Warehouse 51

Lors de chaque tour, une carte relique est dévoilée au hasard et c’est alors que débutent les enchères: tantôt ouvertes (chacun leur tour, ils enchérissent), tantôt fermées (chaque joueur prend une quantité de lingots dans sa main, les présentent poings fermés aux autres joueurs et dévoilent son enchère secrète simultanément). A court de lingots ? Un prêteur à gage peut vous en prêter cinq avec en contrepartie la mise en hypothèque d’une relique. Le hic, c’est que pour la récupérer, il faudra lui en rembourser le double! Une fois épuisé l’ensemble des reliques en vente, chacun comptabilise ses points suivant le nombre de cartes remportées et son magot restant, avant que le vainqueur avec le plus gros score ne soit officiellement proclamé.

Warehouse 51

La subtilité du titre de Funforge provient de la présence de fausses reliques ainsi que des propriétés spéciales des objets. Tirées au hasard, les contre-façons ne sont en effet connues que de certains joueurs, introduisant un élément stratégique déterminant durant les enchères: il devient alors tentant de jouer le bluff en poussant les autres joueurs à surenchérir sur une fausse relique afin de les ruiner. Concernant les reliques, elles peuvent être en possession de pouvoirs bénéfiques ou au contraire de maléfices qui affecteront soit directement le déroulement du jeu, soit le score du joueur. Ces éléments inspirés de l’univers des jeux de rôle renouvellent constamment l’intérêt de Warehouse 51: l’issue des parties est alors incertaine, évitant la monotonie.

Warehouse 51

Se jouant de 3 à 5 joueurs, j’ai apprécié la fraîcheur du jeu et son accessibilité, avec des règles simples et une rapidité de mise en oeuvre pour des parties n’excédant pas les 45 minutes en règle générale. Un regret cependant: que les objectifs de cartes à collecter soient strictement identiques quel que soit le personnage incarné. La difficulté aurait pu en effet être modulée avec des objectifs différents, qui auraient aussi permis d’homogénéiser le niveau de jeu de chacun entre novices et initiés durant les parties. Il faut enfin saluer la qualité du produit en lui-même, de l’emballage en carton renforcé, aux cartes et plaques de jeu illustrées avec goût par Rafael Zanchetin. Du bel ouvrage en somme!

Le jeu de société Warehouse 51 est actuellement disponible dans toutes les bonnes échoppes et sites marchands spécialisés (prix conseillé : environ 16€).

Laisser un commentaire