Critique DVD – The Interview

L’année dernière, The Interview défrayait la chronique des médias pour avoir été piraté par des hackers nord-coréens avant sa sortie en salle. En valait-il vraiment la peine?

The Interview

le pitch ?

Producteur d’un talk-show américain populaire mais dont le niveau intellectuel ne frôle même pas celui d’un élève de CP, Aaron Rapaport (Seth Rogen) ambitionne de passer à la vitesse supérieure. Mais comment? En réalisant tout simplement « L’interview du siècle », celle-là même qui les feront entrer, lui et son animateur vedette Dave Skylark (James Franco), au panthéon des show télévisés cultes. Une idée farfelue germe alors dans la tête d’Aaron: obtenir l’interview du plus tyrannique des dictateurs en vie, Kim Jong-Un.

The Interview

Un projet absurde qui va pourtant se concrétiser, avec un coup de pouce du destin: celui de la CIA qui leur confie la mission d’assassiner le dirigeant nord-coréen ! Voilà nos deux compères transformés en agents doubles malgré eux, qui vont faire la connaissance de Kim Jong-Un,un  dictateur pour le moins… surprenant!

The Interview

ça donne quoi ?

Se moquer ouvertement d’un dirigeant encore en activité, tel était le pari de ce dernier film de Seth Rogen qui s’est fait une spécialité des films abracadabrants. Un terrain glissant à l’heure où les tensions diplomatiques entre la Corée du Nord et les pays occidentaux sont au plus haut. Et on peut encore constater dans notre actualité politique de tous les jours les dérives terribles que peuvent entraîner le sentiment de provocation gratuite par des caricatures satyriques ou des actes politiques. C’est sans doute pour dénoncer cette hypocrisie que Seth Rogen a tenu à réaliser ce film qui ne se prend pas au sérieux. Dans un sens, il a raison: The Interview veut montrer qu’un dictateur aussi puissant soit-il n’est finalement qu’un être humain comme tant d’autres avec ses passions, ses envies et aussi ses faiblesses. Le film dépeint ainsi un Kim Jong-Un excellent basketteur, adorant faire la fête en charmantes compagnies tout en restant un fan inconditionnel de la chanteuse Katy Perry.

The Interview

Seulement, comme dans les précédentes réalisations de Seth Rogen, le scénario s’enlise avec des gags niaiseux voire même de mauvais goût. Certes, on laissera quelques éclats de rire sur certaines séquences comme la tentative de récupération furtive d’un paquet de la CIA par Aaron qui se soldera par une course poursuite improbable avec un ours ! James Franco, inséparable de Seth depuis le très oubliable C’est la fin, se montre plus fou et plus déconnant que jamais, preuve de ses multiples talents en tant qu’acteur. On est vraiment loin de ses derniers rôles en tant que Bouffon Vert dans Spiderman, d’aventurier solitaire dans 127 heures ou de chercheur dans La Planète des Singes. Dans ce film, James livre au spectateur sa facette de pitre sous hallucinogène, plus taré encore que ne l’est Seth Rogen ! Mais à trop tirer sur la corde, le spectateur se lasse et on atteint rapidement l’overdose, d’autant que le film manque de rythme. Enfin, la chute de The Interview ne laisse la place à aucun doute chez le spectateur qui n’est pas dupe au vue de la véritable nature du dictateur.

The Interview

A noter la ressemblance physique assez frappante de l’acteur incarnant Kim Jong-Un, mais qui se montre bien plus rigolard et vulgaire. Pas très étonnant que le véritable dictateur n’ait pas vraiment « apprécier » l’image qu’on lui prête dans ce film…

The Interview est actuellement disponible en DVD, Blu-ray et VOD.

Laisser un commentaire