CRITIQUE CINE – Möbius

Möbius – Cette semaine sort le nouveau film d’espionnage d’Eric Rochant et qui met à l’affiche deux stars françaises, Jean Dujardin et Cécile De France. Un thriller sur fond d’amour impossible avec Tim Roth pour jouer le rôle du grand méchant.

möbius

Dans Möbius, on retrouve Jean Dujardin dans le rôle d’un espion russe à la tête d’un commando cherchant à compromettre un chef de la mafia incarné par le charismatique Tim Roth (Lie to Me, Reservoir Dogs, Pulp Fiction). Pour arriver à ses fins, il décide d’utiliser une surdouée de la finance, Cécile de France, afin de séduire notre mafieux. Le stratagème semble parfait jusqu’au moment où notre espion croise le regard de la financière et en tombe éperdument amoureux. S’en suit l’obligation pour  Jean D. de mettre en place un double-jeu afin de ne pas compromettre sa mission principale. Tel est pris qui croyait prendre !

Möbius

Trywan – MA NOTE :

Difficile de décoller de cette image que l’on garde de Jean Dujardin dans son rôle du comique de service dans « Un gars, une fille », Brice de Nice. Malgré tout, l’acteur français enchaîne les rôles avec plus ou moins de succès, en particulier avec The Artist. L’Oscar désormais en poche, la pression est là pour l’acteur français, contraint de devoir montrer toute l’étendue de son talent d’acteur. Dans Möbius, Jean D. s’applique pourtant à être crédible dans son rôle: il y a arrive plutôt bien mais on ne le sent pas encore suffisamment bâti pour supporter les rôles de premier plan d’envergure internationale. Cela viendra sans doute mais il lui faudra du temps et davantage de films références. Cécile de France est elle suffisamment convaincante dans son rôle, son image dégageant une certaine froideur représentatif du milieu de la finance qu’elle côtoie au quotidien.

Möbius

Pour ce qui est de la réalisation, le choix d’Eric Rochant de faire monter la tension du film au travers de flashbacks est judicieux en soi mais le résultat final n’aboutit pas forcément sur l’effet escompté. Le spectateur perd le fil de l’histoire jusqu’au moment du dénouement où il tente de reconstituer le puzzle. Et la tâche est assez ardue, la faute à des scènes trop longues et pas forcément utiles (cf. les scènes au lit au long cadre « esthétique »). Un thriller intelligent mais qui pêche par sa longueur et des détours par forcément bienvenues.

Möbius d’Eric Rochant est actuellement dans les salles de cinéma.

Laisser un commentaire