CRITIQUE CINE – 127 heures

127 heures… Quel drôle de titre pour un film ! Je me demandais vraiment de quoi il allait s’agir. 127 heures c’est tout de même 5 jours et 7 heures et j’avais peur de l’ennui que peuvent engendrer les films qui ont un titre de ce genre. Centré principalement sur un seul acteur (ce qui aurait pu accroître l’ennui),  James Franco, 127 heures est tout sauf ennuyeux. Il faut dire qu’il est excellemment bien réalisé par Danny Boyle et James Franco est un acteur de talent ! Le casting a été, à mon avis, royal. Je ne connaissais pas cet acteur avant et je peux vous dire que je ne suis pas prête de l’oublier.

Inspiré d’une histoire vraie, le film raconte l’aventure étonnante de Aron Ralston. Un beau jour, Aron, 27 ans, décide d’aller faire une randonnée… dans les gorges de l’Utah. Bien évidemment, pour ajouter du piquant au film, il décide d’y aller seul. Aron n’a peur de rien, c’est un aventurier ! Il n’est pas seulement un grand sportif, c’est aussi quelqu’un de malin et vu ce qu’il va lui arriver, il vaut mieux… Il part à l’aventure avec tout l’équipement nécessaire : sac à dos, cordes, eau, nourriture, caméra, musique et j’en passe et des meilleures !

Tout se passe bien : il fait du vélo, il escalade des rochers, fait la connaissance de deux jeunes femmes avec lesquelles il partage des plongeons dans un endroit insolite. La bonne humeur est présente : rires, musique (Aron a toujours son casque audio sur lui), mais, on n’est jamais à l’abri des pièges que peut nous tendre la nature ; une grosse pierre lui tombe dessus et bloque son bras droit et donc a fortiori lui-même. Aron se retrouve entre deux énormes rochers serrés, seul au milieu de nulle part…

Le hic ? Il n’a prévenu personne.

Danny Boyle (Slumdog Millionnaire) a tout fait pour éviter l’ennui des spectateurs. Tout d’abord, les paysages sont vraiment magnifiques et on prend plaisir à les contempler. Ensuite, j’ai beaucoup apprécié le fait qu’il y ait une véritable dynamique dans les images : il arrive que l’écran soit séparé en plusieurs parties, ce qui donne du travail à nos yeux et du coup l’ennui est nul. Par ailleurs, il a fait de Aron un personnage actif et ingénieux. Avec sa caméra, ses souvenirs, ses rêves, ses idées pour s’en sortir, on n’a pas le temps de voir passer les heures, en revanche ce n’est pas le cas pour Aron pour qui le temps lui est compté !

Le livre qui a inspiré le film

Même si la situation ne prête pas à rire, James Franco (la trilogie Spiderman) arrive à nous faire rire. Mais attention, âmes sensibles s’abstenir, car certes l’humour est là, mais je dois quand même vous prévenir qu’il y a une scène qui pourra en choquer plus d’un. Mais n’est-ce pas aussi parce qu’on est choqué par un film que celui-ci gagne en cachet ?

127 heures est un film qui ne peut que marquer les esprits. Ce film nous fait réfléchir et met en exergue les valeurs de la vie. À quoi peut-on s’accrocher pour tenir le coup quand la mort est proche ? À ce qui compte vraiment… non ?

127 heures sort dans les salles le mercredi 23 février 2011.

Note :

2 Comments

Laisser un commentaire