TEST – Blazblue : Continuum Shift PS3

Bien que Street Fighter ait définitivement rejoint les rangs de la 3D (ou plutôt 2.5D), ils sont peu à se bousculer pour reprendre le flambeau en matière de baston 2D. Alors que l’on attend l’arrivée sur nos consoles du prochain opus King Of Fighters qui aura la lourde tâche de rallier à nouveau ses fans de longue date, le challenger Blazblue : Continuum shift s’annonce comme le prétendant logique au titre pour cette année 2010. Et voici pourquoi.

Si la série Guilty Gear avait apporté une certaine renommée à Arc System dans le domaine du versus fighting 2D, c’est pourtant bien avec leur dernière création Blazblue : Calamity Trigger que le studio aura fait l’unanimité auprès des fans de baston 2D. Graphisme et animation au top, personnages charismatiques, système de combat ouvert et gagnant en complexité au fur et à mesure des combats : le titre avait tout pour plaire. Malheureusement pour lui, le titre passa assez inaperçu au printemps dernier lors de sa sortie en France, la faute à un calendrier des sorties malheureux qui coïncidait avec la sortie du mastodon Super Street Fighter IV. C’est donc avec moins de pression que nous arrive le nouvel opus Blazblue : Continuum shift en cette fin d’année, qui aura pourtant la lourde tâche de convaincre et reconquérir les fans de jeu de combats.

Modes de jeu : en veux tu, en voilà !

BB:CS dispose pour cela de plusieurs cordes à son arc et pas des moindres. On reste tout d’abord dans l’ambiance purement manga de la série avec une superbe introduction totalement animée et chantée en japonais. Voilà de quoi nous plonger immédiatement dans l’ambiance de la série. Arrive alors l’écran d’accueil et d’emblée, on est agréablement surpris par le nombre de modes proposés au joueur. Outre les modes classiques dans ce genre de jeu (Arcade, Versus, Réseau), les novices seront heureux d’apprendre que BB:CS ne les a pas oublié. Tout d’abord le didacticiel qui vous permettra de vous faire la main sur le gameplay du jeu et ses subtilités techniques. Puis vient l’entraînement soit libre soit assisté, où vous devrez reproduire les différentes manipulations demandées. Après quelques heures de pratiques, ils pourront alors s’attaquer au mode Défi pour commencer à maîtriser bon nombre d’enchaînements dévastateurs. Enfin, pour les plus paresseux qui voudront s’éviter la torture de l’apprentissage, BB:CS leur offre la possibilité de se mettre en mode Auto et d’accéder à l’ensemble de la panoplie des coups spéciaux des personnages via des raccourcis-stick.

Comme si cela ne suffisait pas, BB:CS a le bon goût de proposer un mode Histoire inédit reprenant la suite directe de la trame du premier épisode. Le mode Légion est quant à lui original puisqu’il s’agit d’une sorte de wargame : hérité tout droit de la version portable de Blazblue, vous serez mis à la tête d’une armée  et devrez tenter de rallier à votre cause d’autres combattants pur étendre votre royaume. Plutôt amusant, il a l’avantage de prolonger la durée de vie du jeu. Enfin, on pourra jouir des différents bonus débloqués (illustrations, vidéos, musiques) dans la sections Galerie ainsi que les replay des matchs passés dans la  Médiathèque. Bref, difficile de faire plus complet !

Les nouveaux sont dans la place

Au douze combattant de BB: Calamity Trigger, on note l’arrivée de quatre nouveaux personnages : Hazama, Tsubaki Yayoi, Mu-11 et Mu-12. Si les deux premiers proviennent directement de l’arcade et ont été aperçus dans BB:CT, les deux derniers sont des variantes intéressantes de Mu-13. Si l’un excelle dans la technique de prise à distance, l’autre usera de ses enchaînements efficaces à base de bouclier/glaive façon valkyrie. Côté réalisation, les stages, encore plus nombreux, sont toujours aussi superbes et regorgent de détails de toute part. L’animation des combattants n’est pas en reste et se montre toujours aussi fluide malgré les effets spéciaux qui pleuvent à l’écran. Côté jouabilité, elle a bénéficié d’un rééquilibrage entre les combattants et a gagné en richesse, l’ensemble du casting du premier opus ayant bénéficié de nouveaux coups. Ainsi, l’introduction du Guard Primer (sorte de barre de vie de la défense du combattant) et le nouveau Break Burst (ex-Barrier Burst conditionnant l’enclenchement des furies Astral Finish) devraient redistribuer les cartes parmi les habitués du premier épisode.

C’est la crise, ma p’tite dame !

Peu de choses finalement à reprocher à ce Blazblue qui est à ce jour le meilleur opus sorti. Reste que le gameplay et le style graphique ne plaira pas forcément à tout le monde à la longue. On regrettera également que trois personnages inédits soient proposés uniquement en téléchargement payant, à un tarif pour le moins excessif (près de 8€ le personnage !). Et ne parlons pas des autres contenus (couleurs alternatives, vois supplémentaires, déblocages) proposés aussi au prix fort entre 5€ et 7€ chacun. Une pratique inflationniste qui refroidira bon nombre de joueurs, se contentant pour la plupart allégrement du jeu de base proposé lui par contre au prix attractif de 40€ environ. Dernier point noir pour nous autres français : l’absence mystérieuse de l’édition collector sur notre territoire, pourtant bien disponible chez nos voisins d’Outre-Manche. Adieu donc le splendide artbook aux multiples illustrations sur 48 pages, adieu le set de huit illustrations tout en couleur ainsi que le récapitulatif plastifié des coups de chaque personnage ! Il faudra donc se contenter de la version standard chez nous…

Qu’on ne s’y trompe pas : Blazblue : Continuum Shift n’est pas qu’un simple add-on. Il se montre même indispensable de par les nombreuses nouveautés proposées en terme de gameplay, d’environnements nouveaux et de diversité dans sa nouvelle liste de combattants. Ceux qui ont raté la marche Trigger pourront se rattraper avec cet opus, véritablement tailler sur mesure pour découvrir en douceur toutes les subtilités qu’offre le jeu. Et si le mode en ligne vous attire, sachez qu’il vous sera possible de comparer vos scores que vous soyez possesseurs d’une version PS3 ou Xbox 360 ! Si l’on ajoute un prix alléchant en dépit de ses DLC prohibitifs, on tient sans doute LE jeu de combat de cette fin d’année !

Note :

Distribué par Tradewest Games, Blazblue : Continuum shift est disponible sur console Playstation 3 et Xbox 360 au prix conseillé de 40€ environ.

Site officiel Blazblue : Continuum Shift

Laisser un commentaire